Imperial Cleaning

Affaire"sécurité islamique" à Pouytenga : La FAIB a rencontré les responsables

VII, Paris, , p. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Un message, un commentaire ?

Faire la différence entre Tamouls, Malbars, Karanas et Zarabes

Les 7, 8 et 9 mai , à Versailles, le jeune roi Louis XIV a offert trois journées de divertissement à quelque six cents invités sous le titre des Plaisirs de l'île enchantée. Le premier Tartuffe est créé par la Troupe de Molière , le 12 mai La relation officielle de ces fêtes de Versailles, qui sera publiée dans les derniers mois de l'année, confirmera le succès de la pièce et fera connaître une partie au moins des motifs de l'interdiction:.

Elle durera cinq ans et polarisera les positions sur les attributions respectives des pouvoirs civil et religieux, à un moment où cette question se posait en France avec une particulière acuité [ 7 ]. On conçoit que cette satire de la dévotion ait plu au jeune roi, irrité, a-t-on dit, par les remontrances qu'il s'était entendu adresser au sujet sa liaison avec Louise de La Vallière [ n 2 ] , et irrité au point que, selon le père Rapin , il aurait pu suggérer à Molière le sujet de sa comédie [ 9 ].

Ce serait donc en pleine connaissance de cause que Louis XIV avait invité Molière à donner une avant-première du Tartuffe à Versailles. Molière réagit aussitôt par un premier Placet , dans lequel il en appelle directement au roi, l'assurant que, loin d'avoir fait une satire de la dévotion, il n'a fait que remplir sa fonction d'auteur de comédie, dont il rappelle le traditionnel but moral [ n 4 ]:.

Sire, la pensée que je ne rendrais pas un petit service à tous les honnêtes gens de votre royaume, si je faisais une comédie qui décriât les hypocrites, et mit en vue, comme il faut, toutes les grimaces étudiées de ces gens de bien à outrance, toutes les friponneries couvertes de ces faux-monnayeurs en dévotion, qui veulent attraper les hommes avec un zèle contrefait et une charité sophistiquée [ 14 ]. Dans ce Placet , Molière présente les accusations dont il est l'objet comme étant d'autant moins fondées que sa pièce aurait obtenu, selon lui, l'approbation du légat du pape, le cardinal Flavio Chigi , présent à la cour et à Paris pendant l'été [ n 5 ].

L'interdiction royale s'applique aussi à l'étranger. En février , Christine de Suède , désireuse de lire la comédie interdite, s'adresse à Hugues de Lionne , ministre des affaires étrangères de Louis XIV, pour en obtenir une copie.

Molière entreprend alors de remanier sa pièce. Au printemps , la querelle du Tartuffe rebondit avec les représentations triomphales du Festin de Pierre , qui suscitent la publication de virulentes Observations sur une comédie de Molière intitulée le Festin de Pierre , auxquelles répondent en juillet-août deux partisans de Molière. On sait, par une lettre du duc d'Enghien d'octobre , que Molière est alors en train d'ajouter un quatrième acte à sa pièce lequel correspondra au cinquième acte de la version définitive , de façon à créer un rebondissement: Tartuffe, devenu un escroc habile, ne se laissait plus chasser piteusement comme dans la version initiale, mais se révélait maître de la maison d'Orgon et de ses papiers compromettants [ 15 ].

Du coup Molière peut produire à la dernière scène le coup de théâtre qui rétablit l'ordre familial bouleversé par les menées de l'imposteur. L'intervention royale, telle que l'Exempt la décrit dans les vers , n'est pas simplement celle d'un deus ex machina venu dénouer une action sans issue. Le roi est en effet présenté comme le garant de la véritable justice, qui ne se laisse pas prendre aux apparences. Autrement dit, Molière avait transformé sa pièce en pièce politique dans laquelle le roi intervenait à ses côtés pour condamner les hypocrites.

Il ne lui restait plus qu'à intercaler un deuxième acte, consacré aux amours malheureuses de la fille de la famille promise au nouveau Tartuffe devenu faux homme du monde et de son amoureux absents de la version primitive [ 17 ]. La nouvelle version du Tartuffe , maintenant intitulé L'Imposteur , résulte d'un travail de réécriture et de restructuration entamé dans les derniers mois de , après que Louis XIV a confirmé son interdiction.

Molière, qui a été convié à donner lecture de son Imposteur , obtient du roi l'autorisation orale de faire représenter sa pièce en public [ 18 ]. La création a lieu le 5 août au Palais-Royal devant une salle comble. Le héros, désigné à présent comme un imposteur, et non plus comme un hypocrite [ n 9 ] , a été renommé Panulphe.

Dès le 6 août, le premier président du parlement de Paris Guillaume de Lamoignon , qui, pendant l'absence du roi, est chargé de la police de la capitale, signifie à la troupe par huissier que cette comédie est toujours officiellement sous le coup d'une interdiction. Molière tente une intervention auprès du président Lamoignon, mais celui-ci est inflexible: Le 11 août, l'archevêque de Paris, Hardouin de Péréfixe de Beaumont , fulmine un mandement menaçant d'excommunication toute personne qui représenterait, lirait ou entendrait réciter cette pièce [ n 10 ].

Le Roi a désormais les mains liées. Abattu par cette décision ou sujet à une rechute de la maladie qui l'avait affecté au début de l'année, Molière sera absent de la scène durant sept semaines [ 21 ]. Quelque temps après la publication du mandement de Péréfixe, Colbert demande à son bibliothécaire Étienne Baluze , docteur en droit canon, d'examiner la validité de ce mandement. Il conclut cependant de façon ambigüe: Tout en reconnaissant la légitimité du mandement de Péréfixe, Baluze suggère que l'effet de cette mesure extraordinaire est d'avoir provoqué le mépris des croyants.

L'affaire du Tartuffe prend une nouvelle ampleur avec la publication clandestine, le 20 août , d'une Lettre sur la comédie de l'Imposteur , qui connaîtra un vif succès [ 24 ].

L'anonyme est d'ailleurs conscient de l'effet négatif que pourrait avoir son apologie de la pièce: Il faudra attendre encore un an et demi, et le dénouement de la crise janséniste qui permit à Louis XIV de retrouver ses coudées franches en matière de politique religieuse: La concomitance est frappante: La salle est archicomble, le succès est immédiat. C'est le triomphe de Molière, sa pièce le plus longtemps jouée 72 représentations jusqu'à la fin de l'année , son record de recettes 2.

L'affaire du Tartuffe est aussi une affaire d'argent. Le spectacle se terminait donc sur le triomphe de Tartuffe s'apprêtant à épouser Marianne et à recevoir le don de la maison familiale de la main d'Orgon. Cette croyance reposait sur une lecture erronée des diverses sources concernant le spectacle donné à Versailles: Mais les chercheurs ont acquis aujourd'hui la conviction que ce premier Tartuffe était une pièce complète en trois actes correspondant approximativement aux actes I, III et IV de la version définitive, et dans laquelle les personnages de Mariane et de Valère, qui sont au centre du deuxième acte, n'existaient peut-être pas, ou n'avaient qu'un rôle très secondaire [ n 13 ].

La première opération a consisté à ajouter une ultime scène au troisième acte qui devient la fin de l'acte IV dans la version définitive et un quatrième acte qui devient l'acte V dans la version définitive [ 29 ]: Ce qui a permis à Molière d'introduire Louis XIV lui-même, incarnation de la justice qui envoie un de ses représentants démasquer et arrêter le criminel — bel hommage au souverain qui, tout en étant contraint d'interdire la pièce durant cinq ans, n'en a pas moins soutenu discrètement l'entreprise de Molière.

Mais, du coup, le contraste est frappant entre les deux visages de Tartuffe, le bonhomme des premiers actes et le froid calculateur de la fin de l'acte IV et de l'acte V. La critique s'étonne depuis trois siècles des disparités présentées par les paroles et le comportement du personnage. Mais l'évolution du projet imposée par les circonstances a eu pour effet de brouiller les intentions initiales de Molière et de faire passer au second plan la satire de la dévotion car Orgon demeure un dévot ridicule dans son aveuglement béat envers son directeur de conscience.

Orgon est l'archétype du personnage de cour tombé sous la coupe de Tartuffe, un hypocrite et un faux dévot. Il est, ainsi que sa mère, Madame Pernelle, dupe de Tartuffe. Ce dernier réussit à le manipuler en singeant la dévotion et il est même parvenu à devenir son directeur de conscience. Il se voit proposer d'épouser la fille de son bienfaiteur, alors même qu'il tente de séduire Elmire, la femme d'Orgon, plus jeune que son mari.

Démasqué grâce à un piège tendu par cette dernière afin de convaincre son mari de l'hypocrisie de Tartuffe, Tartuffe veut ensuite chasser Orgon de chez lui grâce à une donation inconsidérée que celui-ci lui a faite de ses biens. En se servant de papiers compromettants qu'Orgon lui a remis, il va le dénoncer au Roi. Il lui pardonne et c'est Tartuffe qui est arrêté. La scène d'exposition s'ouvre sur le départ mouvementé de madame Pernelle, mère d'Orgon, déçue et révoltée du train de vie que mènent ses petits-enfants, sa belle-fille et son beau-fils par alliance.

Ainsi l'acte s'ouvre sur le chaos installé par Tartuffe dans cette famille. Il raconte avec émotion à Cléante sa première rencontre avec Tartuffe. Orgon veut briser son engagement envers Valère et marier sa fille Mariane à Tartuffe. Cette nouvelle cause une dispute entre les deux amants, dispute vite réglée par Dorine la suivante de Mariane, qui complote pour rétablir le calme dans sa maison. Tartuffe apparaît et tente de séduire Elmire.

Damis entend la conversation et en informe son père. Par la suite, Damis est chassé par son père qui l'accuse de dénigrer Tartuffe. Orgon veut faire de Tartuffe son héritier. Cléante tente en vain de mettre Tartuffe en face de ses responsabilités. Il est la cause du renvoi de Damis.

Quant à l'héritage, il lui indique qu'il n'a aucune légitimité pour en bénéficier. Mariane, dont le sort semble scellé, livre à son père son désespoir de se voir promise à Tartuffe. Elmire décide alors d'agir. Face à la crédulité et à l'aveuglement de son mari, elle lui propose de lui apporter la preuve de l'hypocrisie de son protégé. Elle demande à Orgon de se cacher sous la table afin qu'il puisse assister à une entrevue qui n'aura d'autre but que de révéler la véritable personnalité de Tartuffe.

Survient alors Tartuffe qui se montre tout d'abord méfiant. Puis très vite il recommence une cour assidue auprès d'Elmire. À la fois furieux et effondré, Orgon intervient et ordonne à Tartuffe de quitter les lieux. Hélas, il est trop tard.

Tartuffe rappelle à Orgon qu'il lui a fait don durant l'après-midi de ses biens et que c'est lui, Tartuffe, qui est à présent le propriétaire de la maison. Tartuffe réclame l'arrestation d'Orgon, comme traître au Roi. En effet Orgon a mis dans ses mains une cassette qu'un ami lui avait confiée, cette cassette contenant des documents compromettants. Tartuffe ne comprend pas. C'est que le Roi, en récompense des services rendus par Orgon, lui pardonne cette correspondance et punit le délateur Tartuffe, coupable d'un crime commis avant le temps de la pièce.

D'autres ont vu dans Orgon le prince de Conti lui-même. Tallemant des Réaux , y voit les traits de l'abbé de Pons, amoureux de Ninon de Lenclos [ 32 ]. Tallemant a conté une autre historiette mettant en scène un possible modèle de Tartuffe dans la personne de Nicolas Charpy de Sainte-Croix [ 33 ]. Et maintenant que sa tourne mal cette même autorités se refugi dans un mutisme et abandonne le pauvre imam de pouytenga se débattre tout seul pour donner des explications.

Ensuite ses prêches sur les ondes de la voix du SOUM prônait le radicalisme. Et la suite on le connait. Donc en conclusion je dis aux musulmans de faire attention. Une sécurité islamique permettra à certains recruteurs certains terroristes de faire des recrus. La FAIB doit rester vigilant en interdisant purement et simplement ces initiatives. Je ne comprends pas.

Je ne suis pasconvaincu. Il vaut mieux que le président laisse les jeunes prendre le destin du Burkina en main. Les vrais musulmans de Manille aux Philippines, en passant par le Burkina Faso, ou la Médine en Arabie saoudite, ne se protègent pas, ni se cacher derrière des défenseurs Islamique pour enseigner les versets du saint coran qui est de la tolérance et la paix. La preuve est que vos comportements vis-à-vis des autorités et le peuple Burkinabé manquent de lisibilité.

Bonjour, attention pourquoi la tenue qui installe une autre personnalité dans la tête des soit disant sécurité islamique. Félicitation à la FAIB pour cette initiative. Merci à la FAIB pour sa sagesse. Est-ce-que les auteurs avaient informé la FAIB qui est leur structure de référence pour une telle initiative. La FAIB doit être ferme avec ses membres. Les membres récalcitrants qui vont oser prendre des initiatives privées sans leur décision doivent être sanctionnés.

Ou ils font parti de la FAIB, ou ils ne font pas parti. Encore merci à la FAIB et à tous. Il appartient aux autorités de prendre leurs responsabilité pour dissiper toute initiative de nature à créer un terreau fertile à la dérive.

Sinon on va rester mouta-mouta à les regarder mettre le pays à feu et à sang. Des gens qui négligent leur propres parents non wahabia. Le monde a ouvert grands les yeux, mais trop tard et la suite, on connaît. Autrement, il y avait quelle raison à aller montrer les tenues à la gendarmerie? Pour dire après que "nous sommes légalement reconnus parce que les autorités sont au courant de nous". Et une fois la cérémonie terminée, ceux qui portent ces signes distinctifs les enlèvent quand ils quittent les lieux de cérémonie.

Quand on connait pas, faut demander. Arretez de nous divertir, est ce que les dozos et les kolgweogo font ils des exercices physiques? Bonjour chers amis internautes 1 à 16 sous mes yeux et merci pour vos réactions si diverses. Il est vrai, la méfiance est de rigueur, de nos jours, pour toute tentative associative à caractère sectaire. Où a-t-on vu la communauté islamique interférer dans tout ça?

Encore une fois le Burkina Faso est un pays laic et appartient à tous les burkinabè sans distinction: Lassociation est dissoute point barre. Celui qui nest pas content peut aller se pendre. Leurs explications ne tiennent pas et portent à confusion. Même si on le convainquait comment comment, il est resté sur ses gardes. Laisse les gens libres. Ils se baladerons en ville avec ça puis commenceront autres chose derrière la tenue.

Partout, des gens sont désigner pour faire Fiissa bidilaye ou pour guider sécurité mais ils ne sont jamais en tenue. SVP, il faut arrêter ça. Chers tous, arrêtons ça tout de suite et maintenant! La FAIB a eu raison de réagir de réagir tout de suite. Au fait que devient notre Koro Yamyelé? Chers Burkinabé, nous savons tous comment est né Bokou Aram. Je suis vraiment attristée de remarquer que certains personnes porte des analyses positives sur le débat.. Nous Burkinabé faisons preuve de vigilance à nos propos.

Nous devons sentir la veille sécuritaire au niveau de nos autorités en charge de la sécurité. DIEU est amour, paix et tolérance. Je crois sincèrement que les gens doivent éviter jouer avec le feu. Au Burkina, nous devons tout faire pour préserver le vivre ensemble et travailler main dans la main quelle que soit notre appartenance religieuse, ethnique, sociale, à assurer la sécurité et le développement de notre chère Patrie. Comme il est facile de manipuler les esprits on trouve un diable et on le présente comme tel et top le jeu est joué.

Belle réaction de la FAIB Je ne comprends pas notre gouvernement. Pourquoi ne pas être catégorique sur une question sensible comme celle là. Je suis musulman mais je suis contre ça. Au Burkina, depuis quand une mosquée a été attaquée parce que des musulmans y priaient? Il faudrait être vigilent car dans la rue, dans les taxis, sur les marchés, etc, on entend des "inepties" sur fond de lavage de cerveau certains prédicateurs, ignorance du Coran et de la géopolitique. Mais qui aurait écouté ou pris au sérieux des gens comme moi?!

Chacun étant occupé à asseoir longuement son pouvoir pour mieux accumuler. On est gavé de discours, de promesses, passons à la vitesse supérieure, car nul ne vivra heureux en exil, même pas les plus nantis. Alors, vigilance, actions commandos, "touma touma"

L’histoire de la diaspora indienne à la Réunion