Imperial Cleaning

Peugeot Satelis 400 & 500

Un instant de beauté et de partage. Rencontrer, partager, conseiller 3 méthodes au choix pour développer vos ventes et fidéliser vos clientes L'expérience d'un soin Auriège partagée avec ses ami e s.

Últimas perguntas

Quelque soit votre profil, rejoignez-nous !

Fausse Porsche, prix peu en rapport avec la marque, 4 pattes, bref, ça vaut rien. Et puis j'ai gouté, j'ai essayé, j'ai appris, et maintenant, malgré une 3. Il y a encore entre 10 et 20 ans,posséder une , et qui plus est une , c'était la classe absolue, digne d'un statu social élevé un peu moins vrai pour les 2. Salut Valmont, ca fait plaisir un tel commentaire! Le vote 2 est un très bon vote, je rapelle que ce poste à été ouvert pour tordre le coup aux mauvaises langues qui répétaient bêtement et sans fondement, que les PORSCHE n'étaient pas "de vrai Porsche" Paroles dont les auteurs sont le plus souvent proprios de Clio Merci encore pour ce comm'!

SUr ce lien quelques photos Porsche, et ma S, tapez pas pour les bandes et les baquets Je fais partie d'une assiociation ALS Racing http: D'ailleurs, le jour où je m'en ferai une de piste, ca sera une S car moins de prise au vent qu'une Deux Questions très intéressantes attendent des réponses de proprios: J'ai eu l'occasion d'en essayer une, une fois, et j'ai trouvé la direction tres dur ou direct comme vous voulez et le freinage inexistant sur une voiture mal entretenue, je dois le reconnaitre Merci.

Normalement, vous connaissez tous ce lien: Lap lupart des 24S sont en cv, elles seront un poil moins rapides que les 44ph i car le poids est quasi le même. PAr contre, plus les millésimes augmentent sur les , plus elle prennent du poids, pour au final avoir des perfs vraiment similaires, malgré 13cv en moins qui se font sentir.

Les dernières ph 2 avec clim, jantes 16 pourquoi pas, targa, full cuir electrique, et même pourquoi pas aussi turbo look, doivent être un poil en dessous des S. Par contre avec un allégement sur la 24, la chose s'améliore encore réellement. Dacia Lada Skoda Autres marques de l'est Zastava Saab Volvo Autres marques Nordiques Koenigsegg Le Porsche Cayenne Coupé se montre. Pebble Beach - Project Gold Porsche: Tous les hybrides et hybrides rechargeables du marché, lequel acheter?

Porsche explose le record historique du Nürburgring vidéo embarquée! Derniers articles voitures d'exception ultra sportives. McLaren électriques en Bugatti, McLaren, Koenigsegg ou Hennessey: La Minute du Propriétaire: Une Ferrari Italia Spider détruite par la police anglaise. McLaren dévoile une S spéciale. L'ASA Armagnac Bigorre gérante du circuit ne pouvant pas envisager cet investissement, le circuit passe aux mains du département du Gers pour un franc symbolique [ 5 ].

Ainsi, les réfections sont effectuées en [ 2 ]. Cette année-là voit également la création des Coupes de Pâques [ 5 ] , une course automobile se tenant chaque année en mars ou avril. Est bâti également une tour de contrôle et un centre médical [ 2 ]. Ces bâtiments constituent aujourd'hui les anciens stands, qui ne sont plus utilisés depuis Le circuit est alors peu ou prou le même qu'aujourd'hui, seule la partie nord du circuit diffère avec à l'époque une longue courbe à droite [ 6 ].

La Formule 2 fait alors étape sur le circuit, de à Toujours durant les années , le circuit reçoit le championnat d'Espagne de vitesse sur circuit avec des voitures de tourisme. Le Grand Prix de France moto s'est déroulé sur le circuit de Nogaro en avec quatre disciplines différentes: En avril , le circuit accueille la toute première épreuve du Championnat de France Superbike , date à partir de laquelle il accueille cette compétition chaque année en avril.

Le circuit de Nogaro accueille aussi le championnat d'Europe FIA des voitures de tourisme de à Un an plus tard la Formule fait étape à Nogaro, elle y reviendra les quatre années suivantes. Le circuit accueille pour la première fois en une compétition de camion avec le Grand Prix Camion et ce sous l'impulsion d' André Divies [ 12 ] , patron du circuit à l'époque, et de Fabien Calvet , pilote toulousain du Championnat d'Europe de la spécialité [ 13 ].

L'épreuve se déroule chaque année en juin [ 2 ]. De à , il est intégré au Championnat d'Europe de courses de camions [ 12 ]. C'est également à partir des années 90 que le grand tourisme se rend à Nogaro , avec tout d'abord le Championnat BPR en et , qui se dispute le Grand Prix de Nogaro sur une durée de 4 heures, ainsi que le SuperSport Trophy le 8 octobre Il accueille plusieurs fois la Formule 1 pour des essais, comme en avec l'écurie Williams [ 14 ].

La période des essais s'établissait généralement avant le Grand Prix de Monaco , car le tracé nogarolien offre un développement sinueux adéquat en vue de tests pour des courses urbaines. En , la piste est munie d'un nouveau revêtement [ 11 ]. En , la ligne de départ est déplacée. Le circuit a également accueilli la Formule 3 Euro Series lors du championnat Romain Grosjean , parti en pole position , remporte l'épreuve ainsi que le championnat à la fin de l'année. Le quintuple champion du monde d'endurance moto Anthony Delhalle y trouve la mort le 9 mars après une chute sur la tête survenue lors d'essais privés [ 18 ].

Il y a eu depuis la création du circuit plus de dix décès sur le tracé nogarolien [ 19 ]. Le circuit de Nogaro, qui tourne en sens horaire ou "à droite", est composé de deux grandes lignes droites parallèles ou presque reliées par des parties sinueuses et des virages serrés [ vidéo 1 ].

Oblong, il occupe peu d'espace, cela étant dû notamment à l'absence d'autorisation initiale pour la construction du circuit ainsi qu'à la présence proche de la ville ainsi que de l' aérodrome de Nogaro. C'est sur cette ligne droite où sont généralement atteintes les vitesses les plus élevées. L'écurie française engage le jeune pilote alsacien sur la saison dans le cadre de son programme partiel en championnat du monde, construit dans un premier temps autour de sept épreuves et destiné à préparer l'entrée de la marque aux chevrons dans la course aux titres à compter de [ A 8 ].

Loeb fait sensation dès la manche d'ouverture au rallye Monte-Carlo , s'emparant des commandes lors de la première étape et maintenant un écart de plusieurs dizaines de secondes sur ses aînés. Il résiste au quadruple champion du monde Tommi Mäkinen durant la totalité de l'épreuve et franchit l'arrivée en tête. Une pénalité de deux minutes prononcée après course le prive finalement de sa première victoire mondiale, les mécaniciens de Citroën ayant procédé à un changement de pneus sur sa Xsara WRC au soir de la deuxième étape au lieu du lendemain matin avant le départ des spéciales, conformément à une clause spécifique de la manche monégasque.

Bien que sans effet sur les performances, cette erreur administrative provoque le déclassement du pilote français en deuxième position [ A 9 ] , [ A 10 ].

Il termine dix-septième du rallye de Suède , seule épreuve neige du calendrier. Sur un revêtement qu'il découvre encore, il abandonne plusieurs minutes sur quelques erreurs de pilotage mais parvient à améliorer progressivement son rythme, notamment lors des seconds passages [ A 11 ].

Il retrouve sa surface de prédilection, l'asphalte, au rallye de Catalogne , accrochant la quatrième place dès le coup d'envoi mais sans parvenir à tenir tête aux Peugeot WRC de Gilles Panizzi et du champion du monde en titre Richard Burns. Il est finalement victime d'une sortie de route lors de la dernière journée tandis qu'il défendait son rang face à Marcus Grönholm [ A 12 ].

Loeb adopte un rythme prudent au départ du rallye de l'Acropole , sa première manche terre de la saison, limitant ses objectifs à une accumulation d'expérience. Sur un terrain coutumier des incidents mécaniques, il parvient à en esquiver les pièges et rejoint l'arrivée aux portes des points [ A 13 ]. Pour sa première et unique participation à une manche WRC typée endurance lors du rallye Safari , l'Alsacien signe ses premiers temps scratchs [ Note 1 ] sur terre et se hisse provisoirement en quatrième position.

Il cède finalement son rang dans les derniers kilomètres lors d'un combat serré l'opposant à Markko Märtin [ A 14 ]. Sur un terrain atypique réputé chasse gardée des pilotes nordiques, Loeb est relégué au-delà de la vingtième place au coup d'envoi du rallye de Finlande.

Il améliore son classement intermédiaire au fur et à mesure du roulage accumulé et franchit la ligne d'arrivée en dixième position [ A 15 ]. Il remporte deux semaines plus tard sa première victoire mondiale officielle lors du rallye d'Allemagne , nouvellement introduit au calendrier, au terme d'un duel serré face à Richard Burns sur les rives de la Moselle.

Le champion du monde en titre s'incline sur un écart final de quelques secondes [ A 16 ] , [ A 17 ]. Ces résultats prometteurs lui offrent l'opportunité de prendre part au rallye d'Australie , initialement absent de son programme conclu avec Citroën, grâce à l'implication de Piedrafita Sport [ 19 ].

Poursuivant un objectif d'accumulation d'expérience sur terre, il améliore significativement ses temps en spéciales au fur et à mesure de l'épreuve et termine aux portes des points sans commettre d'erreur [ A 18 ].

Son programme mondial s'achève au rallye de Grande-Bretagne lors duquel il gravite autour de la dixième place dans des conditions boueuses typiques de la manche galloise avant d'être victime d'une casse de suspension dans l'avant-dernière spéciale [ A 19 ].

Présent au départ des deux tiers des épreuves, il se classe dixième du championnat au terme de la saison devant l'ensemble de ses coéquipiers. Sébastien Loeb prend le départ d'une compétition sur circuit pour la première fois de sa carrière en mars lors de la manche d'ouverture de la Coupe de France FFSA de Formule France organisée dans le cadre des Coupes de Pâques.

Invité par la fédération française , il signe la pole position et remporte la course en enregistrant un nouveau record du tour [ 20 ].

Il participe pour la première fois à la Course des Champions cette même année aux côtés de Sébastien Bourdais et Mickaël Maschio en tant que représentants de l'équipe de France. Opposés aux équipes allemande et italienne lors des poules qualificatives, les trois pilotes terminent seconds de leur groupe, Loeb remportant ses deux duels face à Renato Travaglia et Walter Röhrl.

Leurs meilleurs temps cumulés leur permettent d'être repêchés et d'accéder aux demi-finales pour affronter la formation américaine. Loeb y défait Jimmie Johnson mais la défaite de Bourdais face à Jeff Gordon les élimine de la compétition [ 21 ]. L'Alsacien remporte l'ensemble des duels l'opposant à Luis Monzón et Harri Rovanperä lors des épreuves individuelles. Il s'incline en finale face au champion du monde des rallyes en titre Marcus Grönholm après avoir créé la surprise en s'imposant dans l'une des manches au volant de la Peugeot WRC du Finlandais [ 22 ].

L'année marque l'officialisation de l'engagement de Citroën Sport en Championnat du monde des rallyes ainsi que la première saison complète de Sébastien Loeb en catégorie reine. Trois Xsara WRC sont alors exploitées par la marque aux chevrons, les deux premières étant confiées aux anciens champions du monde Carlos Sainz et Colin McRae , désormais coéquipiers du jeune Alsacien [ A 20 ]. Privé de sa victoire l'année précédente en raison d'une faute administrative de son équipe, Loeb s'impose officiellement pour la première fois au rallye Monte-Carlo , manche d'ouverture du calendrier, au terme d'un duel serré face au numéro un mondial Marcus Grönholm.

Citroën y enregistre un triplé inédit en Principauté depuis par l'intermédiaire de McRae et Sainz qui complètent le podium [ A 21 ]. Leader du classement des pilotes pour la première fois de sa carrière, Loeb écope du handicap de balayeur [ Note 2 ] au rallye de Suède , terrain spécifique réputé chasse gardée des pilotes nordiques. Auteur d'un temps scratch ainsi que de plusieurs chronos dans le trio de tête, il démontre une amélioration significative de ses performances sur neige et se classe septième à l'arrivée [ A 22 ].

Nouvellement introduit au sein du calendrier mondial, le rallye de Turquie constitue la première épreuve disputée sur terre de la saison. Égarés au cours d'une liaison routière de la première étape, Sébastien Loeb et Daniel Elena tombent en panne d'essence et se voient contraints à l'abandon [ A 23 ] , [ A 24 ]. Sur un terrain qu'il découvre, l'Alsacien impressionne par sa rapidité d'adaptation lors du rallye de Nouvelle-Zélande.

Il franchit l'arrivée au pied du podium et premier pilote Citroën après avoir figuré dans le quinté de tête intermédiaire sur plus de la moitié des spéciales [ A 25 ]. Troisième épreuve inédite consécutive pour Loeb, le rallye d'Argentine présente des profils de spéciales variés privilégiant une expérience conséquente de la part des pilotes. Après avoir signé plusieurs temps dans le trio de tête, le Français est finalement contraint à l'abandon en fin de deuxième étape tandis qu'il occupait la cinquième place [ A 26 ].

Il subit un dénouement similaire lors du rallye de l'Acropole , lâché par le moteur de sa Xsara dès la première spéciale [ A 27 ]. Loeb décroche le premier podium sur terre de sa carrière au rallye de Chypre , marqué par une hécatombe dans le clan Peugeot qui occupait trois des quatre premières places.

Distancé par le leader Petter Solberg , il se classe troisième au terme d'une lutte serrée pour le gain de la seconde place face à Harri Rovanperä [ A 28 ]. Ces résultats encourageants sur une surface ayant jusque-là peu réussi aux pilotes tricolores persuadent son employeur de prolonger son contrat de titulaire de deux années supplémentaires [ 23 ]. Il retrouve un environnement plus familier au rallye d'Allemagne sur lequel il avait signé la première victoire mondiale de sa carrière l'année précédente.

Handicapé par un mauvais choix de pneus et un ordre de passage désavantageux, Loeb se retrouve dans un premier temps distancé avant de s'emparer de la tête au soir de la deuxième étape face à l'armada Peugeot. Il s'impose finalement pour quelques secondes au terme d'un duel haletant contre Marcus Grönholm [ A 29 ]. Il peine à tenir la comparaison face aux pilotes locaux au départ de l'atypique rallye de Finlande et ses célèbres Jumps.

Il augmente progressivement son rythme, signant quelques bons chronos dans la deuxième étape, et entame une remontée qui le conduit jusqu'en cinquième position [ A 30 ]. Il confirme sa progression sur revêtement terre en signant quatre temps scratchs dès l'entame du rallye d'Australie et s'empare de la tête au soir de la première étape. En lutte pour la victoire jusque dans les derniers kilomètres, il cède finalement sous la pression de Petter Solberg en raison d'un mauvais choix de pneus mais parvient à revenir à dix longueurs de Richard Burns au classement mondial avant trois manches asphalte consécutives [ A 31 ].

Il s'empare rapidement des commandes au rallye Sanremo en signant quatre temps scratchs lors de la première étape. Détenteur d'une avance de près d'une minute sur ses poursuivants, il adopte un rythme de gestionnaire dans les secteurs restants. Il s'impose finalement sur le fil après que l'arrivée tardive de la pluie en fin d'épreuve ait favorisé la remontée de Gilles Panizzi [ A 32 ].

Le Tour de Corse est alors l'occasion pour l'Alsacien de prendre une sérieuse option pour le titre. Il se porte en tête du rallye au cours de la première étape et se voit opposer au pilote Ford Markko Märtin dans la lutte pour la victoire.

Les deux hommes partent finalement à la faute le lendemain dans des conditions pluvieuses. La Citroën Xsara WRC de Loeb reste bloquée durant dix minutes au sommet d'un talus, le condamnant à une treizième place hors des points [ A 33 ] , [ A 34 ].

Le dernier chapitre du triptyque asphalte de fin de saison a lieu dans le cadre du rallye de Catalogne. L'Alsacien s'empare des commandes dès la deuxième spéciale et accentue continuellement son avance en signant plusieurs temps scratchs.

Les deux dernières journées sont le théâtre d'un match à trois l'opposant à Gilles Panizzi et Markko Märtin. Loeb parvient à contenir le retour de ses poursuivants et semble avoir course gagnée jusqu'à l'arrivée impromptue de la pluie dans les derniers kilomètres.

Usant d'un choix de pneus audacieux et inconnu de Citroën Sport, Panizzi parvient à reprendre près d'une minute à son compatriote pour lui arracher la victoire sur le fil [ A 35 ] , [ A 36 ].

Seuls Carlos Sainz, Petter Solberg et Sébastien Loeb, séparés d'un point au classement des pilotes, peuvent encore prétendre à la couronne mondiale au moment d'aborder le rallye de Grande-Bretagne , manche de clôture de la saison. Le vétéran espagnol est le premier à lâcher prise en raison d'un incendie déclaré à bord de sa Xsara, tandis que Loeb et Solberg se partagent la totalité des temps scratchs et s'emparent tour à tour des commandes du général. Entrevoyant une issue facile pour décrocher ce premier sacre, les instances dirigeantes de l'écurie française ordonnent à Loeb d'assurer un podium, suffisant pour sécuriser le titre.

L'Alsacien s'exécute et laisse échapper la victoire et le championnat des pilotes dans l'escarcelle de Petter Solberg, achevant sa première saison complète au rang de vice-champion, à un point de son rival norvégien [ A 37 ] , [ A 38 ] , [ A 39 ].

En novembre , Sébastien Loeb prend de nouveau part à la Course des Champions , organisée pour la dernière fois aux Îles Canaries après douze années de présence consécutives.

Membre de l'équipe de France aux côtés d' Olivier Panis et Randy de Puniet pour les besoins de la Nations Cup , il affronte les formations suédoise et finlandaise durant les poules qualificatives. Il écope d'une pénalité pour faux départ lors de son premier duel face à Daniel Carlsson puis remporte le suivant qui l'oppose à Timo Salonen.

Panis subit deux défaites tandis que de Puniet parvient à s'imposer dans l'une de ses manches. La France termine dernière de son groupe et se retrouve éliminée de la compétition. Auteur du chrono de référence des pilotes estampillés rallye , Loeb accède directement aux quarts de finale des épreuves individuelles.

Il remporte l'ensemble de ses duels l'opposant à Daniel Carlsson et François Duval , et se qualifie pour la finale face au tenant du titre Marcus Grönholm.

Battu l'année précédente par le Finlandais au même stade de la compétition, il prend sa revanche et s'impose dans la Course des Champions pour la première fois de sa carrière [ 24 ]. L'intersaison est l'occasion pour Citroën de multiplier les essais sur un maximum de surfaces différentes dans le but de gommer les derniers points noirs rencontrés l'année précédente.

Le nouveau règlement introduit en réduisant à deux par équipes le nombre de voitures éligibles pour les points Constructeurs, la marque aux chevrons est contrainte de se séparer de Colin McRae pour ne conserver que Carlos Sainz et Sébastien Loeb [ A 40 ]. À la lutte face à Marcus Grönholm dans les premiers secteurs du rallye Monte-Carlo , l'Alsacien s'empare des commandes de l'épreuve puis creuse des écarts significatifs en signant l'ensemble des temps scratchs de la seconde étape.

Inaugurant la nouvelle Peugeot WRC , son rival finlandais part finalement à la faute, lui laissant le champ libre pour s'imposer une deuxième fois consécutive en Principauté [ A 41 ].

Loeb subit sa position d'ouvreur au coup d'envoi du rallye de Suède , distancé par Grönholm et l'Estonien Markko Märtin. Le double champion du monde abandonne alors plusieurs minutes en raison d'un problème de direction assistée tandis que Märtin arrache une roue de sa Ford Focus WRC. Seul en tête, l'Alsacien remporte la victoire et marque l'Histoire en devenant le premier pilote non nordique à s'imposer en Suède depuis la création de l'épreuve en [ A 42 ].

Loeb se retrouve en opposition directe face au champion du monde en titre Petter Solberg dès le coup d'envoi du rallye du Mexique , nouvellement introduit au sein du calendrier. Les deux hommes se partagent la quasi-totalité des temps scratchs lorsque le Norvégien écope d'une pénalité pour retard de pointage au soir de la première étape en raison d'un problème moteur affectant sa Subaru Impreza.

Solide leader, l'Alsacien est finalement contraint à l'abandon le lendemain matin après qu'une pierre ait transpercé son carter d'huile [ A 43 ]. Il effectue un début de course en retrait lors du rallye de Nouvelle-Zélande , victime du handicap du balayage et du dysfonctionnement du système de départ de sa Citroën Xsara WRC.

Confronté à l'impossibilité de suivre le rythme des pilotes nordiques occupant la tête, il termine à la quatrième place du général et cède le leadership du classement mondial à Markko Märtin [ A 44 ]. Abandonnant plus de quarante secondes dès la première spéciale du rallye de Chypre en raison d'un mauvais réglage de ses différentiels, il adopte une prise de risques significative afin de combler le retard accumulé.

Remonté en troisième position à la fin de la première étape, il parvient à dépasser Harri Rovanperä le lendemain mais demeure hors de portée du leader Marcus Grönholm. Le Finlandais s'impose avant d'être déclassé quelques jours plus tard en raison d'une irrégularité constatée sur une pièce des pompes à eau des Peugeot WRC, offrant ainsi sur tapis vert une première victoire sur terre à l'Alsacien [ A 45 ].

De nouveau leader du classement mondial, Loeb subit fortement le handicap de sa position d'ouvreur dans la première étape du rallye de l'Acropole et ne pointe qu'en cinquième position au terme de celle-ci. Il signe ses premiers temps scratchs le lendemain et remporte en fin d'épreuve son duel face à Harri Rovanperä pour le gain de la deuxième place [ A 46 ].

Les fortes averses survenues la veille du départ annulent le balayage qu'il pensait subir lors du rallye de Turquie. Il s'empare rapidement des commandes, un temps menacé par Marcus Grönholm, et parvient à conserver son rang jusqu'à l'arrivée pour décrocher sa première victoire sur terre à la régulière [ A 47 ]. Confronté à un début de course difficile lors du rallye d'Argentine , il signe ses premiers temps scratchs en fin de première étape et bénéficie alors des abandons de Solberg, Märtin et Grönholm, tous trois partis à la faute.

Il se classe finalement deuxième de l'épreuve, devancé par son coéquipier Carlos Sainz qui s'adjuge le record de victoires en championnat du monde.

Le jeune Alsacien ne cache pas son admiration pour l'ancien champion du monde auprès duquel il construit progressivement son expérience rallystique, le considérant ouvertement comme son mentor et comme un ami [ A 48 ]. Trop prudent et ressentant plus que prévu les effets du balayage, Loeb ne pointe qu'en dixième position à l'issue des premiers secteurs du rallye de Finlande.

Luttant contre des douleurs chroniques aux cervicales résultant d'une sortie de route en essais, il entame une remontée progressive qui le conduit jusqu'à la quatrième place finale [ A 49 ]. Il s'impose deux semaines plus tard au rallye d'Allemagne pour la troisième année consécutive, marqué par d'importantes averses et un duel serré contre son coéquipier Carlos Sainz et le jeune Belge François Duval.

Six manches avant la fin de la saison, sa marge équivalente à trois victoires au classement mondial contribue à renforcer l'hypothèse d'un premier titre avancée par les médias spécialisés [ A 50 ] , [ 25 ]. Le balayage qu'il subit depuis plusieurs mois demeure significatif lors du rallye du Japon. Distancé par Petter Solberg, intouchable sur les terres de son employeur, Loeb se retrouve face à Marcus Grönholm pour le gain de la seconde place.

Il remporte finalement le duel en profitant d'une défaillance de la boîte de vitesses du Finlandais [ A 51 ]. Sur un terrain rendu piégeux par les intempéries, il s'empare des commandes du rallye de Grande-Bretagne dès les premiers secteurs avant de se voir menacer par Solberg lors des seconds passages. Le Norvégien ressort vainqueur de l'affrontement sur le fil grâce à ses pneus Pirelli plus efficaces dans des conditions d'adhérence précaires [ A 52 ].

Le traditionnel rallye Sanremo laisse cette année-là sa place au rallye de Sardaigne , épreuve disputée sur terre dont le profil engendre un effet démultiplié du balayage. L'Alsacien cède un temps significatif lors de la première étape avant de profiter des ennuis mécaniques de Marcus Grönholm pour se hisser en deuxième position. Auteur de la plupart des temps scratchs, Solberg décroche une troisième victoire de rang [ A 53 ].

N'ayant besoin que de cinq points supplémentaires pour remporter son premier titre mondial, Loeb adopte un rythme prudent lors du Tour de Corse et laisse les deux Ford Focus de Markko Märtin et François Duval s'échapper en tête. Lâché par son moteur, le jeune Belge abandonne la deuxième place à l'Alsacien qui, dix ans après Didier Auriol , se voit à son tour sacrer champion du monde des rallyes, tandis que la troisième place de Carlos Sainz permet à Citroën de conserver sa couronne des constructeurs [ A 54 ] , [ A 55 ].

Les deux titres étant attribués, Loeb reçoit carte blanche pour disputer la victoire lors du rallye de Catalogne. De nouveau opposé aux pilotes Ford , il s'empare des commandes dès la deuxième spéciale et conserve son rang avant d'être contraint à l'abandon, victime comme au Mexique d'une pierre qui transperce son carter d'huile [ A 56 ]. La saison s'achève au rallye d'Australie , marqué par la décision du groupe PSA de retirer ses deux marques du WRC à l'horizon pour des raisons financières.

Heurté par cette annonce, l'Alsacien réussit malgré tout à remporter sa sixième victoire de l'année au terme d'un affrontement direct contre Petter Solberg et Marcus Grönholm, les deux pilotes nordiques étant tour à tour partis à la faute [ 26 ] , [ 27 ] , [ A 57 ]. Tenant du titre individuel, Sébastien Loeb répond de nouveau présent pour la troisième fois consécutive à la Course des Champions , déplacée à l'intérieur même du Stade de France après douze années de présence ininterrompue aux Îles Canaries.

Il défait successivement Tony Kanaan puis Armin Schwarz afin d'accéder à la finale du groupe rallye face à Marcus Grönholm. Vainqueur de ses deux duels contre le Finlandais, il rejoint Heikki Kovalainen lors de la Super Finale.

L'Alsacien perd la première manche contre le Finlandais puis écope d'une pénalité dans la suivante pour avoir heurté les bornes en plastique délimitant la piste, et termine ainsi la compétition à la deuxième place du classement général. Un événement inédit, intitulé World Champions Challenge et dénué d'enjeux, est également organisé dans l'optique d'offrir au public un affrontement entre les deux champions du monde FIA en titre, Michael Schumacher et Sébastien Loeb. L'Allemand remporte deux des trois duels au programme pour un écart final inférieur à une seconde.

Opposés à la formation finlandaise composée de Marcus Grönholm et Heikki Kovalainen en finale, ils accrochent l'égalité aux termes des quatre premières manches, dont deux victoires de l'Alsacien.

Le titre se joue finalement lors d'un ultime duel opposant Alesi et Kovalainen et remporté par le Français [ 28 ] , [ 29 ]. Sébastien Loeb est champion du monde en titre au moment du coup d'envoi de la saison Son ami Carlos Sainz ayant choisi de prendre sa retraite des rallyes mondiaux, l'Alsacien se voit affecter un nouveau coéquipier chez Citroën Sport en la personne du jeune Belge François Duval , transfuge de chez Ford.

La décision du groupe PSA concernant le retrait de ses deux marques est quant à elle définitivement entérinée, laissant le Français face à un avenir incertain pour la suite de sa carrière [ A 58 ].

Il s'impose pour la troisième fois consécutive au rallye Monte-Carlo , manche d'ouverture du championnat. En tête de l'épreuve de bout en bout, il évite les conséquences des exactions de certains spectateurs ayant introduit de la neige dans certains virages, contrairement à ses principaux rivaux Marcus Grönholm et Petter Solberg , victimes de sorties de route fatales [ A 59 ].

Il ne parvient pas à rééditer l'exploit de l'année précédente au rallye de Suède. Longtemps troisième du général à environ quinze secondes des leaders, il rencontre des problèmes de surchauffe moteur qui l'obligent à réduire son rythme en fin de deuxième étape, puis abandonne définitivement dans l'avant-dernière spéciale, les réparations de fortune effectuées par Citroën n'ayant pas été suffisantes [ A 60 ].

Victime de problèmes d'amortisseur dans le deuxième secteur du rallye du Mexique , il cède près de trois minutes au cours de la première journée et rétrograde en dix-huitième position. Il entame une remontée progressive qui le conduit au pied du podium, Petter Solberg engrangeant quant à lui une deuxième victoire consécutive [ A 61 ]. Le rallye de Nouvelle-Zélande voit l'introduction en compétition des nouveaux pneus terre Z BTO du manufacturier Michelin , vecteur déterminant du succès de la marque aux chevrons sur cette surface.

Parti sur un rythme soutenu, Loeb se retrouve à la lutte contre Grönholm et Solberg avant de s'emparer des commandes à mi-parcours de la première étape. Il signe un total de huit temps scratchs et s'impose pour la première fois de sa carrière sur cette épreuve des antipodes [ A 62 ].

Équipé de réglages de suspensions inadaptés, il se retrouve en difficulté dans la première spéciale du rallye de Sardaigne avant de corriger le comportement de sa Xsara en liaison et de prendre la tête de la manche italienne. Creusant des écarts importants dans les portions clés, il remporte la course et reprend par la même occasion la tête du classement mondial [ A 63 ].

Malgré les contraintes du balayage dues à son nouveau rang, il domine le rallye de Chypre dès la première étape, enregistrant un total de quatorze temps scratchs consécutifs sur l'ensemble de l'épreuve, et s'impose pour la deuxième fois sur l'Île d'Aphrodite [ A 64 ]. Loeb retrouve son ami et mentor Carlos Sainz au rallye de Turquie , sorti de sa retraite et rappelé en renfort par Citroën en raison des résultats jugés décevants de son coéquipier François Duval. Il poursuit sa domination sur terre avec une nouvelle victoire obtenue en enregistrant la quasi-totalité des meilleurs temps de la première journée [ A 65 ].

Il subit davantage les contraintes de sa position d'ouvreur à l'entame du rallye de l'Acropole , pointant en sixième position avant de s'emparer de la tête sur le fil au soir de la première étape.

Il creuse des écarts significatifs le lendemain avec un total de neuf temps scratchs consécutifs et décroche pour la première fois de sa carrière une victoire sur la manche hellénique. Sainz y signe le dernier podium de sa carrière pour son ultime apparition en WRC , Guy Fréquelin ayant pris la décision de mettre fin à la mise à pied de Duval pour le reste de la saison [ A 66 ]. À la lutte face à Petter Solberg au coup d'envoi du rallye d'Argentine , Loeb parvient à construire une avance significative dans la deuxième boucle de la première journée, mais frôle l'accident en évitant une vache en sortie de virage.

Le lendemain, sur un terrain offrant des spéciales larges et roulantes, il contrôle la remontée de Marcus Grönholm puis s'impose à l'arrivée, devenant ainsi le premier pilote à remporter six victoires consécutives en WRC [ A 67 ]. Sa série d'invincibilité prend fin au rallye de Finlande , sur les terres de Grönholm. Auteur de quatre temps scratchs, Loeb ne parvient pas à rivaliser avec la pointe de vitesse du Finlandais, réputé imbattable dans sa région natale, et s'incline en deuxième position [ A 68 ].

Il retrouve sa surface de prédilection lors du rallye d'Allemagne , première épreuve asphalte de la saison. En tête dès la première spéciale, l'Alsacien creuse progressivement des écarts importants sur la concurrence, seul son coéquipier François Duval parvenant à suivre le rythme à une dizaine de secondes.

Citroën décide finalement de figer les positions après que ses deux pilotes aient frôlé la sortie de route au départ de la deuxième journée [ A 69 ]. Désormais titulaire d'une avance supérieure à trente points au classement mondial, Loeb peut mathématiquement remporter le titre à l'issue du rallye de Grande-Bretagne.

D'abord devancé par Grönholm, il hérite de la tête en raison de problèmes de freins qui touchent le Finlandais puis se construit une marge conséquente en enlevant la totalité des temps scratchs au programme de la deuxième étape. La course semble gagnée pour l'Alsacien, mais les événements prennent une tournure dramatique lors du dernier jour.

La spéciale est neutralisée et décision est prise par les organisateurs d'annuler le parcours restant ainsi que la cérémonie du podium. En signe de respect vis-à-vis de son coéquipier, Grönholm prend la décision de se retirer de la course. Alors virtuellement sacré champion du monde, Sébastien Loeb refuse de se voir couronner dans ces conditions et choisit de pointer volontairement en avance au parc fermé pour écoper d'une pénalité de deux minutes le rétrogradant en troisième position [ A 70 ] , [ A 71 ].

Au départ du rallye du Japon , l'Alsacien n'a besoin que d'une troisième place pour décrocher un deuxième titre. Parti sur un rythme prudent et subissant le handicap du balayage sur les premières spéciales, il parvient à intégrer le trio de tête et assure ses trajectoires en limitant la prise de risques.

En lutte pour la victoire face à Grönholm, Petter Solberg part à la faute et abandonne sa deuxième place, plus que suffisante pour permettre à Loeb de décrocher son deuxième sacre consécutif [ A 72 ]. Désormais double champion du monde, il reçoit carte blanche de la part de Citroën pour jouer la victoire au Tour de Corse qui lui avait jusque-là toujours échappé.

Il se porte nettement en tête dès la première spéciale et marque une nouvelle fois l'Histoire en devenant le premier pilote à signer la totalité des temps scratchs d'un rallye mondial, fait sans précédent depuis la création du championnat en [ A 73 ] , [ A 74 ].

Il porte son score de victoires à dix sur l'ensemble de la saison en s'imposant au rallye de Catalogne , dernière épreuve asphalte qui manquait à son palmarès. La deuxième place de son coéquipier François Duval permet à Citroën de réaliser le doublé et de remporter pour la troisième fois consécutive le titre des constructeurs.

La marque aux chevrons profite alors de l'occasion pour annoncer son retour en , conséquence des garanties obtenues de la part de la FIA sur la réduction des coûts [ A 75 ] , [ 30 ]. La saison s'achève aux antipodes avec le rallye d'Australie. Handicapé par les contraintes de sa position d'ouvreur en début d'épreuve, Loeb parvient finalement à se porter en tête avant de partir à la faute dans la neuvième spéciale. Trop optimiste sur un point de freinage, il percute un arbre frontalement, causant des dommages irréparables sur sa Citroën Xsara WRC [ A 76 ].

Sébastien Loeb fait ses débuts aux 24 Heures du Mans lors de l'édition de la classique mancelle, sur invitation de l'équipe Pescarolo Sport et grâce à l'investissement significatif de leur sponsor commun PlayStation [ 31 ].

Engagé en catégorie LMP1 sur la Pescarolo C60 - Judd numéro 17 aux côtés de ses compatriotes Éric Hélary et Soheil Ayari , il se classe deuxième des qualifications derrière l'autre voiture de l'écurie sarthoise. Assurant le premier relais au départ de la course, Ayari parvient à conserver son rang et creuse progressivement l'écart sur ses poursuivants avant de se faire percuter en milieu d'après-midi par la Panoz Esperante de Patrick Bourdais.

La direction endommagée, il est contraint de regagner les stands et de céder le volant à Éric Hélary qui rejoint la piste en septième position. Le pilote parisien est finalement victime d'une crevaison et rétrograde à la neuvième place. Peu avant minuit, Soheil Ayari se retrouve une nouvelle fois victime d'un accrochage contre la Dallara SP1 numéro 8 lui imposant un retour aux stands. Désormais quatorzième, l'équipage de la numéro 17 réalise la meilleure moyenne horaire de la nuit et se concentre sur la conquête d'une place d'honneur.

Victime d'une crevaison à l'avant droit, le pilote savoyard perd le contrôle de la voiture dans une chicane et sort de la piste [ 32 ]. Sébastien Loeb clôture sa saison sportive en prenant part pour la quatrième fois à la Course des Champions , reconduite dans l'enceinte du Stade de France. Sorti victorieux de la Nations Cup aux côtés de Jean Alesi lors de l'édition précédente, il poursuit sa collaboration avec l'ancien pilote de Formule 1 pour représenter la France.

L'Alsacien s'impose face à Stéphane Peterhansel lors des quarts de finale tandis qu'Alesi échoue lors de ses deux tentatives l'opposant à Sébastien Bourdais , éliminant de fait la formation française. Dans les épreuves individuelles, Loeb vient successivement à bout de Travis Pastrana puis de Colin McRae , avant de remporter la finale du groupe rallye l'opposant une fois encore à Marcus Grönholm. Il affronte en Super Finale le septuple vainqueur des 24 Heures du Mans Tom Kristensen qu'il défait en deux manches, décrochant ainsi un deuxième titre de Champion des Champions [ 33 ].

Après avoir été un temps courtisé par Ford et son directeur Malcolm Wilson , Sébastien Loeb se retrouve finalement rattaché à la structure privée belge Kronos Racing , bénéficiant d'une assistance technique de la marque aux chevrons sur chaque épreuve. Deux jeunes pilotes espagnols complètent la formation de cette nouvelle équipe: L'Alsacien poursuit également en parallèle de la compétition le développement de la Citroën C4 WRC dont l'inauguration est prévue pour le retour du constructeur français en [ A 77 ] , [ A 78 ].

Il se porte en tête du rallye Monte-Carlo dès la première spéciale et creuse des écarts significatifs sur son poursuivant direct Marcus Grönholm , fraîchement débarqué chez Ford. Bloqué dans un fossé après avoir mal négocié une plaque de verglas dans le dernier secteur de la première journée, il écope de cinq minutes de pénalité pour repartir le lendemain en vertu de la règle du Super Rally [ 34 ] , [ Note 3 ].

Auteur d'une remontée offensive lors des deux dernières étapes, il achève sa course en deuxième position à une minute de Grönholm, vainqueur de son premier rallye asphalte [ A 79 ]. Le Finlandais confirme la réputation de chasse gardée des pilotes nordiques attribuée au rallye de Suède en s'y imposant pour la quatrième fois.

Jamais distancé et auteur de quelque temps scratchs, Loeb ne parvient pas à égaler la pointe de vitesse de son adversaire dans les spéciales clés et termine une fois encore à la seconde place: Aujourd'hui, Marcus était le plus fort. Les deux hommes souffrent de leur position d'ouvreur lors du rallye du Mexique , première manche terre de la saison.

Bénéficiant de conditions de route plus avantageuses, Petter Solberg s'empare de la tête tandis que Grönholm part à la faute. Loeb parvient à revenir sur le Norvégien au cours de la deuxième étape puis se place définitivement hors d'atteinte après que son adversaire a été victime d'une casse de direction assistée.

Il remporte sa première victoire de la saison et prend la tête du classement mondial [ A 81 ]. Il effectue un début de course en demi-teinte lors du rallye de Catalogne , gêné par des problèmes de freins et un Set-Up inadapté.

Après modification du comportement de sa Citroën Xsara WRC à l'assistance, il signe ses premiers temps scratchs et revient progressivement sur le leader Marcus Grönholm.

Peugeot Satelis 400 & 500