Imperial Cleaning

• NOS ACTIONS •

L'importance des rites osiriens ne cesse de croître en particulier ceux exécutés lors du mois de Khoiak octobre-novembre.

Menu de navigation

Notes obtenues aux examens, concours et recrutements ASS

Elle prit le deuil et se mit à rechercher le corps du défunt. Durant cette quête , Isis apprit par des enfants que le coffre d'Osiris, porté par les courants, se situait en Phénicie , à Byblos , où il s'était encastré dans le tronc d'un tamaris géant.

Isis partit alors en barque à la recherche de son époux et arriva jusqu'à Byblos. S'étant faite connaître auprès du roi Malcandre, Isis se fit donner le tronc avec le cercueil et retourna en Égypte. Là, elle cacha la dépouille dans les environs de Bouto dans les marais du delta [ 23 ]. Mais, alors qu'il chassait au clair de Lune, Seth retrouva le corps qu'il coupa en quatorze morceaux, qu'il dispersa de tous côtés [ n 5 ].

Isis remonta alors sur sa barque de papyrus à la recherche des morceaux du corps de son bien-aimé, à travers le labyrinthe du marais.

Chaque fois qu'elle découvrit un élément, elle fit édifier un tombeau où des prêtres furent chargés d'honorer la mémoire d'Osiris. La seule partie introuvable, malgré tous les efforts d'Isis, fut le membre viril car il avait été mangé par des poissons. Toutefois il avait eu le temps de donner au fleuve sa force fécondante [ 24 ]. Plusieurs courtes notices relatent le transport des lambeaux du corps d'Osiris.

Dans l'une d'elles, le taureau Mnévis porte sur son dos un paquet où sont rassemblés le foie, les poumons, la rate et les intestins du dieu assassiné [ 25 ]. Une autre, malheureusement lacunaire par endroits, nous renseigne sur le transport d'autres reliques vers la nécropole de Kher-âha Le Caire.

Le paquet est placé sur le dos d'un âne et le voyage s'effectue sous la surveillance des déesses Isis et Nephtys:. On le mit sur le dos d'un âne, mais il faiblit sous lui et se coucha sur terre. Les dieux rassemblèrent ces écoulements des reliques divines d'Osiris, Isis, Nephtys et Tefnout les ayant trouvés dans Létopolis , cachés dans un buisson, ni vu, ni entendu.

On l'amena dans la caverne située dans la falaise de Pi-Hapi. Les femmes enveloppèrent l'omoplate- mehaqet et le tibia et en firent une momie que l'on appelle Osiris, placée sur l'échine d'un âne. On le fit monter sur son dos en charge. Mais il se renversa sous lui, tombant à terre.

Il faiblit sous lui, ses membres étant fatigués. Il se relève après avoir éjaculé. On mit la relique- khem sur son dos, c'est le nom du flagellum. Leurs cuisses s'écartèrent [ Traduction de Dimitri Meeks [ 26 ]. L'âne est généralement considéré comme un animal séthien et, à ce titre, sacrifié lors de célébrations en l'honneur d'Osiris mois de Khoiak à Edfou.

Dans l'épisode relaté par le Papyrus Brooklyn , l'animal n'est pas présenté comme étant maudit. Lorsqu'il défaille sous son fardeau, Isis et Nephtys s'occupent de lui. Elles lui font retrouver ses forces et sa vigueur sexuelle en soulevant leur robe et en exhibant leur intimité sous ses narines. L'exhibition n'est pas tant destinée à l'animal qu'à l'âme d'Osiris qu'il véhicule. De par son meurtre, le dieu est tombé en langueur et il s'agit de le réveiller en stimulant ses pulsions sexuelles.

Cet appel à la vie est probablement inspiré par l'observation du comportement animalier équidés, bovidés, caprins. Lorsqu'une femelle est en chaleur elle produit des phéromones spécifiques que le mâle détecte en humant les urines ou l'air ces odeurs peuvent être transportées à plusieurs kilomètres à la ronde en retroussant la lèvre supérieure afin de se servir de l' organe voméro-nasal situé sous la surface intérieure du nez attitude du flehmen.

Dans l' Égypte antique , les pleureuses , par leurs cris, leurs lamentations et leurs chants, rythment le transport de la dépouille vers sa dernière demeure. Cette coutume, instituée en l'honneur du défunt, est une pratique qui remonte à la plus haute antiquité.

La mort est généralement perçue comme un ennemi impitoyable qui sème la confusion et la douleur. Elle provoque, lors des funérailles, de longues lamentations à la fois sincères et surjouées, surtout de la part de professionnelles engagées pour l'occasion [ 28 ].

Dans les Textes des Pyramides , des écrits funéraires destinés aux monarques des V e et VI e dynasties vers av. Dans de nombreuses mentions, elles trouvent ensemble le cadavre de leur frère Osiris , le pleurent, s'occupent de lui, exultent après sa momification, l'escortent vers son tombeau et l'accueillent dans l'Au-delà [ 29 ]:.

Ton parfum est répandu par Isis puisque Nephtys t'a purifié. Traduction de Claude Carrier [ 30 ]. Dans la ville d' Abydos , haut lieu de la croyance osirienne, se tenait ainsi chaque année, au sein du temple, un drame sacré mettant en scène deux jeunes vierges chargées de tenir les rôles d'Isis et Nephtys. Entre le 22 et le 26 du mois de Khoiak en novembre , les deux actrices chantaient au son du tambourin, accompagnées d'un prêtre. Le plus souvent, la représentante d'Isis chante seule mais, très régulièrement, elle entonne un duo avec Nephtys.

Le chant est une longue plainte qui évoque la tristesse de la séparation, mais il s'agit aussi d'un appel exhortant le dieu absent à revenir auprès des éplorées [ 31 ]:. Nous assemblons tes membres pour toi, dans les lamentations, cherchant à protéger ton corps Viens-t'en donc vers nous, afin que l'on oublie ton adversaire, Viens-t'en suivant la forme que tu avais sur terre. Le ciel est uni à la terre, Une ombre est venue sur la terre, aujourd'hui, Et le ciel est collé à la terre.

Ô seigneur de l'amour, Viens à moi mon maître, que je te voie aujourd'hui. Mon frère, reviens, que nous te revoyions. Traduction de Claire Lalouette [ 32 ]. Dès les Textes des Pyramides de l' Ancien Empire , il est formellement attesté que le dieu faucon Horus est le fils du couple que forment Osiris et Isis.

Cet épisode est représenté pour la première fois au Nouvel Empire dans le temple funéraire du roi Séthi I er , à Abydos. Cette scène est ensuite reprise jusqu'à l'occupation romaine de l'Égypte, par exemple dans la chapelle osirienne située sur le toit du temple d'Hathor , à Dendérah [ 34 ]. Daumas [ 36 ]. Union posthume d'Osiris avec Isis transformée en milan, temple funéraire de Séthi I er. Toute sa surface est entièrement recouverte d'images divines et d'inscriptions magiques destinées à soigner les piqûres de scorpions et les morsures de serpents.

L'une des formules met en scène un épisode mythologique raconté par la déesse Isis elle-même. L'action se déroule après la mort d'Osiris. Isis réussit à fuir hors de la maison où Seth l'avait assignée à résidence. Le dieu Thot vient à sa rencontre et lui conseille de se cacher avec Horus afin qu'il puisse avoir une chance de grandir et de monter sur le trône d'Égypte. Isis chemine à travers le pays, escortée par sept dangereux scorpions:. Tefen et Befen étaient derrière moi, Mestet et Mestetef étaient à côté de moi, Petet, Tsetet et Matet me frayaient le chemin.

Je leur ai donné des ordres très sévères et mes paroles, ils les ont exaucées: N'obéissez à personne, n'honorez rien qui soit rouge , ne faites aucune différence entre celui qui est élevé et celui qui est simple, soyez humbles tout de suite! Isis arrive devant une belle demeure. Une noble dame se présente à la porte, mais elle lui ferme la porte effrayée par les sept scorpions.

Vexés, les sept scorpions se concertent et réunissent ensemble leurs venins sur le dard de Tefen. Une servante ouvrit la porte pour laisser entrer Isis mais Tefen se glissa dans la maison jusqu'à la chambre du fils de la dame pour le piquer douloureusement.

La violence du poison était si forte qu'un incendie se déclara dans la maison. Miraculeusement, la pluie se mit à tomber pour éteindre le feu.

La déesse étendit les mains sur l'enfant qui se mourait et conjura le poison:. Poison de Befen, viens ici et va t'écouler vers la terre! Je suis Isis, la déesse, la maîtresse de la vertu magique, magicienne dont les formules sont puissantes. Tout reptile qui mord m'obéit. Descends en bas, poison de Mestet! Ne te hâte pas, poison de Mestetef! Ne monte pas en haut, poison de Petet et Tsetet!

Ne bouge pas, poison de Matet! Tombez en bas, bouche de celui qui mord! Isis la grande sorcière, se tenant debout à la tête des dieux, à laquelle Geb donne sa vertu magique pour expulser le poison, parla. N'aie pas de force! Enfuis-toi en arrière, poison, ne monte pas en haut! Après quelques autres paroles magiques, le garçon retrouva la santé, la pluie cessa et l'incendie s'éteignit.

Désolée d'avoir été acariâtre, la noble dame embrassa Isis et combla la déesse et la servante de magnifiques présents [ 38 ]. Depuis les débuts de l' égyptologie de nombreux récits ayant trait à l'enfance d'Horus ont été récoltés, le plus souvent sur des statues magiques ou dans des grimoires destinés à éloigner les esprits malfaisants responsables de terribles maladies. Dans les marais de Chemnis situés autour de la ville de Bouto , Horus, caché du terrible Seth et délaissé par sa mère Isis occupée à trouver des moyens de subsistance, est la victime de piqûres de scorpions , de morsures de serpent , de fièvres, de diarrhées, de mutilations, etc.

Ces nombreuses mésaventures font du petit dieu le prototype de l'enfant malingre, frêle, innocent et sans défense. Toutefois, il apparaît aussi comme un jeune être qui arrive à surmonter chacune de ses souffrances, les autres divinités agissant toujours magiquement en sa faveur, Isis et Thot en premier lieu [ 39 ]. Une formule magique de la Stèle de Metternich rapporte qu'un jour la déesse Isis laissa seul le petit Horus pour partir mendier de la nourriture auprès des habitants de Bouto.

Le soir, elle retrouva son fils inanimé proche de la mort. Désespérée, Isis chercha de l'aide auprès des Égyptiens. Personne ne parvint à le guérir mais une vieille femme lui dit qu'il ne s'agissait pas d'une attaque de Seth , mais que son fils avait été piqué par un scorpion.

Les plaintes d'Isis firent accourir Nephtys et Selkis. Cette dernière conseilla aussitôt la mère en détresse de faire appel à Rê. Ému par le désespoir d'Isis, le dieu solaire arrête sa course, s'immobilisa dans le ciel et envoya Thot auprès du jeune agonisant. Après de nombreuses paroles incantatoires, Thot réussit à évacuer le poison du corps d'Horus qui aussitôt retourna à la vie.

Ceci fait, Thot ordonna aux habitants de Bouto de veiller constamment sur le jeune dieu en l'absence d'Isis. Il retourna ensuite auprès de Rê dans le ciel et annonça à son maître que la course solaire pouvait à présent se poursuivre normalement [ 40 ]. La décapitation d'Isis est un épisode mythologique attesté dès le Moyen Empire par trois allusions figurant dans le chapitre 80 des Textes des Sarcophages , un corpus de textes funéraires utilisé par les notables de la Moyenne-Égypte:.

C'est N qui fait vivre les gosiers! J'ai rétabli la tête d'Isis sur son cou après que j'eus reconstitué la colonne vertébrale de Khépri à son bénéfice. Pour savoir qui des deux est le plus apte à succéder à Osiris , le vigoureux Seth lance un défi au jeune Horus. Les deux dieux prennent l'apparence d' hippopotames puis plongent dans les eaux du Nil afin de s'affronter en un duel à mort. Si l'un d'eux émerge hors des flots avant trois mois pleins, celui-là n'est pas digne de la fonction royale.

D'après ce dernier document, l'affrontement se déroula le vingt-sixième jour du premier mois de la saison d' Akhet le premier mois de l' année égyptienne situé au début de la crue du Nil vers les mois de juillet-août. La déesse Isis, restée sur le rivage du fleuve, prend peur et craint pour la vie de son fils Horus.

Très vite, elle confectionne un harpon magique qui atteint tout seul sa proie [ 42 ]:. Ils plongèrent, les deux hommes. Et Isis se mit à se lamenter: Elle apporta une pelote de fil. Elle fit alors une corde, puis amena un deben de cuivre [ n 8 ] , le fondit en arme pour l'eau, y noua la corde et la lança dans l'eau à l'endroit où Horus et Seth avaient plongé.

Mais le métal mordit le corps de son fils Horus. Si bien qu'Horus hurla: À ces mots, Isis cria, et dit au harpon qu'il se détache de lui: Et son harpon se détacha de lui. Elle le lança à nouveau dans l'eau et il mordit le corps de Seth. Mais Seth poussa un grand cri: Appelle ton harpon, détache-le de moi.

Et Seth l'appela en disant: Alors, le harpon se détacha de lui [ 43 ]. Isis se métamorphosa en statue de pierre qui n'avait pas de tête. Aussi Rê-Harakhty dit-il à Thot: Traduction de Michèle Broze.

La décapitation d'Isis par Horus, consignée dans le papyrus des Aventures d'Horus et Seth , n'indique pas comment la déesse a recouvré la vie ni comment elle s'est retrouvée avec une nouvelle tête sur ses épaules. Typhon garrotté fut remis entre les mains d'Isis. Hermès alors, pour remplacer ce bandeau, la coiffa d'un casque à tête de vache [ n 9 ]. Traduction de Mario Meunier [ 45 ].

À l'époque gréco - romaine , ces données mythologiques apparaissent d'une manière plus explicite dans le Papyrus Jumilhac , une monographie religieuse consacrée aux légendes de la Cynopolitaine [ n 10 ] , une région égyptienne placée sous la protection active d' Anubis , le fils adoptif d'Isis.

Ici, le mythe mêle différentes traditions. Le coupable de la décapitation est le dieu faucon Anty assimilé à Horus et à Anubis, tandis que la victime est la déesse Hathor , assimilée à Isis et à la vache Hésat. Mais la vache Isis-Hésat, qui entre-temps a retrouvé la vie et émue par le triste sort de son assassin, fait revivre Anty-Horus en plaçant ses os dans sa peau telle une nébride et en aspergeant le tout de son lait maternel [ 46 ]:.

Rê et l'Ennéade, après l'avoir appris, en éprouvèrent, au plus haut point, de la colère et de l'indignation. Et Rê dit à l'Ennéade: Alors, [Rê] se dirigea vers le nome de Dounâouy , avec les dieux de sa suite, Thot étant à leur tête, sa peau étant avec lui.

Elle fit, de nouveau jaillir son lait pour lui, afin de renouveler sa naissance, et elle fit monter le lait au bout de ses seins, et elle les dirigea vers sa peau, en cet endroit, en y faisant couler le lait. Sa mère, Isis, le regarda comme un jeune enfant, après avoir renouvelé sa naissance dans ce nome Traduction de Jacques Vandier [ 47 ].

L'archéologie n'a pas encore découvert cette localité, mais il faut probablement la situer sur une île qui existait près de Tehnéh. Le dieu Thot coupa la tête d'une vache et la plaça sur le corps décapité d'Isis. Après plusieurs incantations , la déesse se mit à revivre:.

Quant à cette ville de la Vache qui a donné son nom à ce district, c'est une allusion à la vache qui fut trouvée par Thot dans cette ville. Traduction de Jacques Vandier [ 48 ].

Tout au long de l'histoire de l'Égypte antique, la déesse Isis a bénéficié de nombreux lieux de culte, grands ou petits, disséminés le long de la vallée du Nil. Si le premier n'est plus qu'une ruine de blocs épars, le second a admirablement résisté au temps. La plus ancienne mention d'un sanctuaire dédié à Isis remonte à l'époque de l' Ancien Empire et se trouve dans les Textes des Pyramides selon lesquels un temple se trouverait dans la ville de Netjerou dans le 12 e Nome de Basse-Égypte.

Il s'agit probablement de l'actuelle localité de Behbeit el-Hagar située non loin de Bousiris , cité majeure du 9 e nome consacré à Osiris.

Son culte est toutefois aussi attesté dans le 13 e Nome où elle est associée à la déesse chatte Bastet. Les prêtres d' Héliopolis , ville du dieu solaire Atoum - Rê l'intègrent dès la V e dynastie à leur croyance en faisant d'elle l'une des neuf divinités de l' Ennéade.

À la même époque, la présence d'Isis est aussi attestée dans le 1 er Nome et plus particulièrement à Memphis , la capitale du pays. En Haute-Égypte , le culte d'Isis est omniprésent. Dans le 9 e nome , elle est vénérée à Akhmîm Panopolis , la ville du dieu ithyphallique Min. Dans le 8 e nome , à Abydos , haut lieu du culte osirien, Isis est naturellement présente. Dans le 6 e nome , à Dendérah , Isis est assimilée à la sensuelle Hathor.

Sous la domination romaine règne d' Auguste , un petit sanctuaire à Isis est édifié pour commémorer sa naissance: À partir du Moyen Empire , son culte est aussi attesté à Nekhen 3 e nome et à Edfou 2 e nome. En amont de l'Égypte, en Nubie , la déesse Isis apparaît aux côtés d'autres divinités égyptiennes dans une série de temples édifiés le long du Nil ou creusés dans les falaises à partir du Nouvel Empire, à Debod , à Bouhen , à Abou Simbel , etc.

Le temple d'Isis de Behbeit el-Hagar, aussi connu sous le nom latin d' Iséum , est un édifice tardif entièrement bâti en pierres granitiques. On suppose aussi l'existence d'un pylône d'entrée monumental. Le temple et ses dépendances administration et entrepôts étaient enserrés dans une vaste enceinte. Cette muraille était construite en brique crue à assises ondulées typique du règne de Nectanébo Ier. Le temple a été très tôt réduit à l'état de ruine, peut-être à la suite d'un séisme ravageur car plus aucune attestation n'est ultérieure au règne de Ptolémée III.

Il est cependant probable que le temple écroulé ait continué à bénéficier de la visite de pèlerins et de dévots après sa destruction. L'examen des vestiges de l' Iséum de Behbeit el-Hagar montre que la théologie locale imaginait Isis comme une puissante divinité primordiale et universelle égalant en puissance le dieu créateur Atoum. Isis est plus particulièrement chargée de protéger et de vivifier la momie de son frère Osiris et, partant de là, tous les pharaons défunts.

Osiris occupe par conséquent une place de choix dans le temple. Plusieurs chapelles lui sont consacrées au fond du temple, derrière le saint des saints , ainsi que sur le toit auquel on pouvait accéder grâce à un escalier monumental. Elle était située à cinq kilomètres au sud de la ville d' Assouan et près de la première cataracte du Nil où le cours du fleuve est encombré d'îles et d'îlots granitiques. Le temple d'Isis édifié en ce lieu sous la dynastie des Lagides et durant l' occupation romaine a failli disparaître définitivement à la suite de la montée des eaux causée par l'édification de l' Ancien barrage d'Assouan.

Un quart de siècle plus tard, le roi Amasis fait édifier, sur une petite butte rocheuse, un petit temple d'Isis à trois salles en enfilade. Sous la XXX e dynastie , Nectanébo I er fait édifier un kiosque à dix-huit colonnes qui sera ultérieurement déménagé vers le sud de l'île au cours du règne de Ptolémée II. La période de construction du pylône d'entrée par devant le mammisi n'est pas connue.

On admet toutefois que la cour entre les deux pylônes a été fermée à l'est sous Ptolémée VIII par une colonnade qui forme un portique pour un bâtiment à quatre salles. Le temple d'Isis proprement dit est entouré par une série d'autres sanctuaires: La déesse est avant tout la protectrice du cadavre de son frère Osiris , censé reposer dans l' Abaton , la place pure inaccessible de l'île voisine de Biggeh.

Tous les dix jours, la statue d'Isis sortait en procession hors du temple portée par des prêtres. Elle se rendait ensuite en barque auprès du tombeau de son époux pour lui faire une libation de lait et une fumigation d' encens. Ce rituel revivifiait Osiris, lui permettait de vivre dans l'au-delà et provoquait la crue annuelle du Nil. La deuxième fonction fait d'Isis la mère du faucon Horus qui unit en sa personne la fonction de protecteur du roi défunt et la charge royale du souverain régnant.

Mises ensemble, ces trois fonctions font d'Isis, quatrièmement, la déesse bienfaitrice de l'Égypte, une divinité aux pouvoirs démiurgiques et présidant à toutes les villes du pays [ 59 ]. Isis a mis au monde son fils Horus en roi sur le trône de son père.

La déesse qui s'est produite au commencement a rempli le ciel et la terre de sa perfection: L'une des mutations les plus importantes, en germe dès le Nouvel Empire est la montée en puissance du culte d' Osiris et Isis durant la Basse époque et la Période ptolémaïque. Osiris devient la figure tutélaire du pouvoir monarchique et son mythe est mis en avant par les pharaons et leurs proches pour constituer une nouvelle idéologie royale.

L'importance des rites osiriens ne cesse de croître en particulier ceux exécutés lors du mois de Khoiak octobre-novembre. Chaque année s'y répètent les mêmes rituels calqués sur les gestes magiques et funéraires accomplis dans le mythe par Isis. Par le truchement de petites figurines sacrées , les prêtres reconstituent symboliquement le corps du dieu martyrisé. Ceci fait, les figurines sont conservées durant douze mois puis sont inhumées au sein de nécropoles spécialement dédiées à cet effet.

Cette régénération est symboliquement placée sous le patronage du Pharaon qui dans l' iconographie ouvre une procession de 42 divinités qui accourent vers Isis la veuve éplorée.

Chaque divinité symbolise l'un des 42 nomes du pays et l'un des 42 lambeaux dispersés par le meurtrier à travers l'Égypte. La recomposition annuelle du corps d'Osiris par le moyen de ces figurines est ainsi érigée en processus de réunification politique accomplie par Pharaon dans un pays en proie à diverses difficultés crises dynastiques, invasions étrangères, révoltes populaires [ 61 ].

Durant le Nouvel Empire égyptien , Chentayt fait à la fois partie du panthéon local d' Abydos et de Busiris , les deux villes majeures du culte d'Osiris. Là, les prêtres confectionnaient les statuettes momiformes d'Osiris. Dans une chapelle de Dendérah, Chentayt est représentée agenouillée devant une balance en présence de Khnoum et Ptah les dieux primordiaux qui ont façonné la chair des humains. Elle s'apprête à peser les ingrédients apportés par tous les dieux du pays.

Le blé et l'or sont dans la langue égyptienne deux mot à la prononciation similaire neb et une comparaison poétique s'est mise en place entre la couleur des blés et celle du métal précieux considéré comme la peau des divinités [ 62 ].

Ce phénomène religieux est l'un des plus remarquables des époques hellénistique et romaine. La déesse Isis est la figure centrale de ce panthéon. De nombreuses cités grecques et romaines lui ont voué un culte officiel. Les spécialistes comme Laurent Bricault distinguent les cultes d'Isis qui précèdent la diffusion du culte de la déesse à l'époque ptolémaïque, des cultes isiaques qui correspondent à la nouvelle religion égypto-hellénistique établie par les Ptolémée sous les auspices du dieu Sérapis à Alexandrie, et qui sera enrichie dans son périple méditerranéen par les apports du monde gréco-romain [ 64 ].

Dans un premier temps, la croyance est diffusée par des Égyptiens expatriés, sans doute des marchands, qui désirent vénérer, hors d'Égypte, une divinité qui leur est chère. La plus ancienne mention remonte à av. Un des premiers prêtres expatriés est un certain Ouaphrès Ouahibparê né à Bousiris en Basse-Égypte et décédé vers av. Selon le Belge Franz Cumont [ 67 ] , cette diffusion est la marque d'une décision impérialiste de la dynastie des Lagides , opinion contestée en par l'Anglais Peter Marshall Fraser [ 68 ] pour qui ce phénomène est peut-être causé par des mercenaires grecs de l'armée lagide revenant d'Égypte.

D'autres comme Richard Harder [ 69 ] ont défendu l'idée d'une propagande orchestrée par le clergé égyptien. Il semble cependant que l'on ne puisse pas intégrer la diffusion isiaque dans un schéma cohérent et homogène.

La fondation de lieux de cultes est avant tout le fait d'individus ou de groupes d'individus désirant pratiquer leur religion là où ils se trouvent. Les débuts du culte sont généralement modestes et pratiqués chez des particuliers [ 70 ]. Dans un deuxième temps, avec l'augmentation du nombre des fidèles et le recrutement auprès des citoyens aisés, les cultes égyptiens se sont intégrés politiquement dans la vie des cités grecques. D'abord méfiantes, les autorités ont ensuite pris en main l'organisation du culte pour mieux le contrôler, pour édifier des sanctuaires publics et pour payer les prêtres comme à Délos, à Athènes, à Priène ou à Rhodes [ 71 ].

Cette installation officielle fait parfois suite à une demande d'autorisation auprès des dieux grecs. L'introduction du culte d'Isis ou de Sérapis dans une ville grecque peut être précisée grâce à des témoignages écrits laissés par les dévots eux-mêmes. L' Arétalogie d'Isis est un texte aux aspects prosélytes connu par de nombreuses copies et variantes.

Il s'agit d'une longue litanie qui recense les multiples pouvoirs de la déesse: On ne sait cependant pas si l'Arétalogie est un texte de propagande diffusé par un pouvoir religieux ou politique organisé ou s'il s'agit d'un texte très populaire auprès de dévots enthousiastes [ 73 ]:.

Démétrios, fils d'Artémidôros, appelé aussi Thraséas, de Magnésie sur le Méandre adresse une prière à Isis.

Ceci a été copié d'une stèle de Memphis, qui se trouve près du temple d' Héphaïstos. Moi, je suis Isis, la souveraine de toute contrée, j'ai été instruite par Hermès et j'ai inventé l'écriture avec Hermès Moi, j'ai donné aux hommes les lois, et j'ai décrété ce que personne ne peut changer. Moi, j'ai inventé la science nautique. Moi, j'ai fixé leur langue aux hellènes et aux Barbares.

Je vaincs le destin: À moi, le destin obéit. Salut, Égypte qui m'a élevée. Traduction de Laurent Bricault. L'introduction de la croyance égyptienne en terres italiennes débute probablement par les régions de Campanie et de Rome grâce à de riches marchands italiques chassés de l'île de Délos lors des guerres mithridatiques. Dans l'intérieur des terres, Isis est aussi mentionnée à Nursia et à Tusculum. La diffusion de la croyance se réalise à partir de grands centres urbains comme Puteoli , Pompéi , Rome , Aquilée et Ostie.

Dans cette dernière ville, le port aménagé par l'empereur Trajan attire de nombreux marchands égyptiens et adorateurs de la déesse. Dès l'époque d' Auguste , à Industria en Ligurie , le culte est introduit et entretenu financièrement par deux riches familles connues à Délos avant son pillage en l'an 88 av. Sous Tibère et Hadrien , Industria est connue pour son Iséum et sa fabrique d'objets de culte en bronze de style égyptisant [ 74 ].

Le tremblement de terre qui secoue la ville en l'an 62 de notre ère détruit le temple d'Isis. Celui-ci est cependant reconstruit par Numérus un riche particulier. En échange, les autorités acceptent son jeune fils au sénat local. Le nouveau temple, détruit en 79 par l'éruption du Vésuve , est redécouvert en lors de travaux d'excavation [ 75 ]. Le culte s'implante à Rome malgré la résistance du Sénat romain et malgré des persécutions religieuses sous les règnes d' Auguste - 14 et de Tibère 14 - 37 [ 76 ].

L'officialisation date du règne de Caligula 37 - 41 qui décide de faire construire un temple d'Isis sur le Champ de Mars [ 77 ]. En Gaule , en Germanie et en Bretagne , l'implantation du culte d'Isis est la conséquence de la colonisation romaine et la pénétration du culte correspond aux grands axes marchands, principalement la vallée du Rhône et dans une moindre mesure celle du Rhin.

Dans les provinces danubiennes Dacie , Pannonie , les colonies où s'édifient les temples isiaques sont souvent aussi des centres du culte impérial. En Afrique du Nord, la présence de la déesse reste modeste et se cantonne le long des côtes dans la région de Carthage.

En Ibérie , sa présence se remarque dans quelques vallées fluviales Guadiana et Douro [ 78 ]. Vers la fin du règne de Commode - , Sérapis et Isis deviennent les protecteurs de l'Empereur et de l'Empire. Les hasards des découvertes archéologiques n'ont pas encore permis de découvrir les vestiges d'un sanctuaire d'Isis sur le territoire français.

La présence de son culte est toutefois attestée par de nombreuses sources épigraphiques inscriptions sur des stèles ou sur des statues. La Narbonnaise est la région gauloise qui fournit le plus grand nombre de témoignages de ce genre. La croyance a sans doute été introduite en Gaule par l'entremise des villes côtières fréquentées par des Grecs, des Orientaux hellénisés et des Italiques Campaniens pratiquant le commerce maritime.

La présence d'un temple d'Isis est attestée à Nîmes Nemausus , une ville fondée par Auguste pour des vétérans militaire revenus d' Égypte. Ce fait a été commémoré par des pièces de monnaie frappées d'un crocodile enchaîné à un palmier ce motif figure sur les armoiries de la ville depuis Nîmes est aussi connue pour sa confrérie des Anubiaques vouées au culte du chacal Anubis.

Celui de la cité de Lyon Lugdunum se situait probablement sur la colline de Fourvière où une inscription dédiée à Isis Augusta a été découverte sur une statue de Fortuna.

Depuis cette ville, le culte d'Isis s'est propagé vers les vallées de la Loire , de l' Allier et de la Saône. Des statuettes égyptiennes ou de style égyptisant ont été sporadiquement découvertes sur l'ensemble du territoire gaulois.

Tel est le cas à Strasbourg Argentoratum. Dans cette ville militaire, le culte d'Isis ne semble toutefois pas avoir bénéficié d'un temple, contrairement à Mithra Mithraeum de Koenigshoffen [ 80 ]. À Paris , les témoignages sont tout aussi maigres et discutables.

On peut toutefois signaler la découverte en août d'artefacts égyptiens fragments de statuettes en céramique, restes de papyrus du Livre des Morts dans les vestiges d'un bâtiment que l'on pourrait interpréter comme étant une bibliothèque dépendant d'un sanctuaire isiaque quartier latin, non loin des thermes de Cluny [ 81 ]. L'image la plus fréquente dans la sculpture gréco-romaine représente Isis debout le poids du corps porté sur une seule jambe, un sistre brandi dans la main droite et une situle petit vase avec une anse dans la main gauche pendante.

Auparavant, dans les cercles hellénisés, dans l'Égypte des Ptolémées ou dans les nouveaux territoires grecs acquis à la déesse, Isis est figurée avec une corne d'abondance dans la main gauche et une patère coupe à boire évasée dans la main droite.

Une couronne irrégulièrement tressée de fleurs variées enserrait le sommet de sa tête. En son milieu, au-dessus du front, un disque aplati en forme de miroir, ou plutôt imitant la lune, jetait une blanche lueur. Mais ce qui surtout et par-dessus tout éblouissait mes yeux, c'était un manteau noir intense, resplendissant d'un sombre éclat. Apulée, Métamorphoses extraits du chap. Valette [ 83 ]. Même si Isis est adoptée par les peuples gréco-romains, la déesse reste largement perçue comme une divinité étrangère.

De nombreuses épithètes signalent son origine égyptienne: En Italie, la déesse a pris les aspects de la déesse Fortuna adorée à Préneste , une divinité de l'agriculture, de la fécondité et de l'amour. Ces nombreuses associations ont fait d'Isis la déesse aux dix mille noms Isis Myrionyma [ 85 ]:. Mais ceux que le soleil éclaire à son lever de ses rayons naissants, de ses derniers rayons quand il penche vers l'horizon, les peuples des deux Éthiopies, et les Égyptiens puissants par leur antique savoir m'honorent du culte qui m'est propre et m'appellent de mon vrai nom, Isis reine.

Valette [ 86 ]. D'après lui, le peuple égyptien est détenteur d'un très ancien savoir réservé à un petit groupe de prêtres et d'initiés [ 87 ]. Pour démontrer cette dissimulation, Plutarque met en avant trois exemples: Traduction de Pierre Hadot [ 89 ] , [ 90 ]. Ma tunique chitôn , personne ne l'a soulevée. Le fruit que j'ai engendré, c'est le soleil.

Traduction de Pierre Hadot [ 89 ] , [ 91 ]. Il est tentant d'imaginer une statue d'Isis, le visage caché sous un châle que l'initié soulève tel un époux le jour des noces lorsque se présente à lui son épouse voilée , le dévoilement signifiant la découverte des mystères cachés [ n 13 ].

Cette interprétation est peu crédible, les Égyptiens ne voilant pas leurs déesses. Plutarque parle plutôt d'une tunique, le peplos étant un lourd vêtement en laine, tandis que le soulèvement de la robe et le dévoilement du sexe féminin d'Isis ou des déesses qui lui sont identifiées est un motif mythique et iconographique attesté en Égypte.

Le personnage de Io , prêtresse grecque transformée en génisse a très vite été rapproché d'Isis, la déesse égyptienne aux aspects bovins. D'après un mythe grec connu au moins depuis Eschyle , Zeus remarqua Io et la belle devint rapidement une de ses nombreuses maîtresses. Leur relation continua jusqu'à ce que Héra , l'épouse de Zeus, les eût presque surpris.

Zeus parvint à échapper à cette situation en transformant Io en une magnifique génisse blanche. Cependant, Héra ne fut pas dupe et exigea de Zeus qu'il la lui donnât comme présent. Héra confia la génisse à la garde d' Argos , aux cent yeux, pour qu'il la maintienne à l'écart de Zeus.

Ce dernier demanda alors à son fils Hermès de tuer Argos. Ce geste accompli, Héra se vengea en envoyant sur Io un taon chargé de la piquer sans cesse. Celle-ci, affolée et rendue furieuse, s'enfuit et parcourut de nombreux pays. Elle traversa à la nage plusieurs mers d' Europe et d' Asie pour arriver finalement en Égypte où Zeus lui fit retrouver sa forme humaine. Elle y épousa le roi Télégonos et leurs descendants régnèrent sur le pays [ 92 ].

À partir de cette histoire, les auteurs latins ont multiplié les rapprochements entre Isis et Io, tel l'écrivain Ovide qui, dans ses Métamorphoses IX, , désigne Isis comme étant la fille d' Inachos , le dieu-fleuve réputé être le père de Io. Elle s'en alla en Scythie et au pays des Cimmériens et, après avoir erré sur de vastes étendues de terre et traversé à la nage de vastes étendues de mer, elle arriva en Égypte.

Là, elle retrouve sa forme primitive et, sur les bords du fleuve Nil , elle met au monde un fils, Épaphos l'Attouché. Héra demande aux Courètes de faire disparaître l'enfant, ce qu'ils firent. Zeus, lorsqu'il l'apprend, tue les Courètes. Io, de son côté, se mit à la recherche de son fils. Elle erra dans toute la Syrie on lui avait révélé que son fils s'y trouvait, nourri par la femme du roi de Byblos et, quand elle eut trouvé Épaphos, elle revint en Égypte et se maria avec Télégonos, qui régnait alors sur les Égyptiens.

Elle érigea une statue de Déméter et les Égyptiens appelèrent la déesse Isis. Massonie [ 94 ]. La rencontre des cultures grecques et égyptiennes durant la période ptolémaïque a donné naissance aux Mystères d'Isis, un culte de la déesse basé sur des événements festifs publics et sur des cérémoniels plus confidentiels. Ces derniers ne sont accessibles qu'aux individus ayant entrepris un enseignement spirituel inauguré par une initiation aux mythes et symboles de la croyance en Isis, durant des épreuves, nocturnes et secrètes, tenues dans l'enceinte des temples isiaques.

De nombreux documents gréco-romains attestent de l'existence de journées festives destinées à rendre grâce à Isis. Ces dates rappellent les principaux exploits mythiques de la déesse et structurent la vie communautaire de ses adorateurs. D'une manière générale, une fête commence par une procession destinée à présenter les statues divines à la foule.

La manifestation se poursuit par des prières, des libations et des sacrifices, pour s'achever par un banquet dans l'aire du temple. D'après le Calendrier de Philocalus , daté de l'an , les journées isiaques sont la Navigation d'Isis Isidis navigum le 5 mars, les fêtes de Péluse Pelusia du 20 mars, la fête de Sérapis Serapia du 25 avril, la fête des lampes Lychnapsia du 12 août, les fêtes d'Isis Isia du 28 octobre au 1 er novembre, et les réjouissances Hilaria du 3 novembre.

La navigation d'Isis célèbre la déesse en tant que protectrice des bateaux et des navigateurs, à l'occasion de la réouverture de la navigation en mer après l'arrêt hivernal. L'écrivain Apulée de Madaure nous a laissé une description pittoresque de cette manifestation Métamorphoses ou Âne d'or , chapitre XI. Une autre célébration en lien avec la mer est la fête du Sacrum Pharia avril , destinée à protéger les convois de blé entre Alexandrie et Rome.

Les Serapea sont des fêtes agricoles qui correspondent à des célébrations égyptiennes du 30 Pharmouti. Il est probable que les Pelusia sont en rapport avec le jeune dieu Harpocrate , fils d'Isis. Ces journées transposent en terres gréco-romaines les célébrations égyptiennes du mois de Khoiak où, lors de rituels secrets et publics, des officiants rejouaient la quête d'Isis et reconstituaient le corps d'Osiris sous la formes de figurines [ 96 ].

Dans l'esprit de nombreux Grecs, l'être humain peut échapper à la mort et survivre aux limites fixées par la vie et le destin.

Cette idée est pleinement vécue et intégrée dans les Mystères d'Éleusis et dionysiaques. Là, dans le cadre d'un rituel secret et initiatique, le myste prend conscience de la signification profonde des mythes et reçoit le réconfort d'un bonheur spirituel.

Très peu de documents parlent des Mystères d'Isis, les initiés ayant l'obligation du secret. L' Arétalogie d'Isis fait dire à la déesse qu'elle a enseigné aux hommes les initiations, ce qui implique qu'il devait exister, dans le cadre de son culte, la révélation d'un enseignement caché à ceux qui lui en faisaient la demande.

Cette révélation devait sûrement être accompagnée de rites destinés à tester la détermination, les capacités et le courage du candidat, mais aussi à l'intégrer dans le petit groupe des bénéficiaires du savoir.

Cette affirmation n'a cependant aucun fondement crédible [ ]. Par ailleurs, Hérodote évoque ces cérémoniels égyptiens accomplis en l'honneur d' Osiris. Il rapproche cette fête des mystères éleusiens de Déméter , mais ne donne guère de détails, préférant garder un pieux silence sur ces deux rites Histoire , II, En l'état actuel des connaissances, il semble toutefois qu'il n'existait pas en Égypte des mystères dans le sens où l'entendaient les Grecs, à savoir des rites d'initiation à des secrets religieux.

Le témoignage d'Hérodote se réfère plutôt à une mise en scène théâtralisée des principaux épisodes du mythe osirien , un jeu sacré où le personnage d'Isis tenait une grande place.

Dans le cas égyptien, le secret évoqué par Hérodote tient au mutisme auquel les prêtres s'astreignaient au sujet du meurtre d'Osiris. Le silence s'exerçait aussi à propos des saintes reliques déposées dans les sépultures fondées par Isis lors de sa quête des membres épars [ ].

Si les Mystères d'Isis ne découlent pas de traditions égyptiennes, il est alors probable que les Mystères de Déméter , célébrés à Éleusis , près d' Athènes , soient à l'origine de cette manifestation de piété isiaque. À l' époque ptolémaïque , les prêtres égyptiens du Fayoum ont eux-mêmes popularisé ce rapprochement à l'attention des colons grecs. Les mystères de Déméter et Perséphone sa fille ont peut-être été célébrés en Égypte-même, un faubourg d' Alexandrie ayant pris le nom d'Éleusis [ ].

Grandjean [ ]. La déesse n'y occupe pas la place centrale et sert plutôt de médiatrice. Lucius, le héros du roman apuléen, après avoir vu en songe la déesse, se décide à subir l'initiation.

Elle est décrite comme une mort volontaire et un salut obtenu par la grâce divine. Le myste accomplit une descente aux enfers où il voit briller le soleil en pleine nuit:. Le matin venu, et tous les rites achevés, je parus, ayant sur moi douze robes de consécration Au milieu même de la demeure sacrée, devant l'image de la déesse, une estrade en bois avait été dressée, sur laquelle je fus invité à monter.

Debout et revêtu d'une étoffe de fin lin, mais brodée de vives couleurs, j'attirais les regards. Les initiés donnent à ce vêtement le nom de robe olympienne. Je tenais de la main droite une torche allumée, et ma tête était ceinte d'une noble couronne de palmes, dont les feuilles brillantes se projetaient en avant comme des rayons.

Ainsi paré à l'image du soleil, on m'expose comme une statue et, des rideaux s'écartant brusquement, c'est un défilé de passants désireux de me voir. Je célébrai ensuite l'heureux jour de ma naissance à la vie religieuse par un repas de fête et de joyeux banquets. Traduction de Paul Valette. L'initié a été conduit dans les cryptes du temple suggérant la Douât , le royaume des morts égyptiens.

Dans l'Égypte antique, le défunt accède à la vie éternelle en étant assimilé à Osiris. Dans les Mystères d'Isis, il semble que l'initié bénéficie de son vivant de ce voyage secret. Au milieu de la nuit, il s'identifie à Osiris et naît le matin comme Rê , le soleil régénéré. Ce voyage mystique est placé sous la protection d'Isis. En échange de cette révélation, l'initié est tenu à des obligations de piété, de pureté et d'obéissance.

Ces vêtements évoquent les douze heures de la nuit et les douze régions de l'au-delà traversées par Rê lors de son voyage souterrain: D'autres sources rapportent l'existence d'initiés heptastolos porteurs de sept tuniques à l'imitation de la déesse Isis.

Les sept habits évoquent les sept planètes astrologiques Soleil, Lune, Mercure, Vénus, Mars, Jupiter et Saturne sur lesquelles la déesse Isis exerce son pouvoir divin en tant que reine du ciel regina caeli [ ]. Or ces mystères ne sont pas autre chose que l'enlèvement des parties honteuses d'Osiris et leur recherche par Isis vêtue de sept robes noires. Osiris, disent-ils c'est l'eau.

Lorsque Lucius reçoit en songe la visite d'Isis celle-ci ne porte pas les sept robes astrologiques mais une tunique lumineuse, symbole du jour et un manteau noir symbole du ciel nocturne: Chaque côté est orné de deux scènes.

À l'avant, le registre inférieur montre un groupe de divinités. Isis est représentée au centre, agenouillée dans un fourré de papyrus.

Elle est vêtue d'une longue robe égyptienne parsemée d'étoiles. Elle tient à la main un serpent couronné de l' atef et semble lui donner un baiser. Cette scène évoque probablement l'union d'Isis et d'Osiris, le serpent devant figurer l'époux de la déesse [ ].

Il est probable que, sous le règne de l'empereur Constantin I er , la religion païenne conserve sa supériorité numérique.

Après , la victoire du christianisme est manifeste. En - le temple d'Isis du village de Ménouthis , situé à quelques kilomètres à l'est d'Alexandrie, est encore en pleine activité. La pratique réussit à se maintenir après l'an au terme d'une trêve politique conclue entre les Byzantins chrétiens et les Nubiens païens. C'est pourquoi Narsès, Persarménien d'origine Selon l'égyptologue Jitse Dijkstra, l'affirmation de Procope est à l'évidence une exagération. Tout au plus, les militaires ont-ils été réquisitionnés afin de marteler quelques bas-reliefs représentant les divinités honnies.

Quant aux dernières mentions, elles ne dépassent pas les années et n'ont été laissées que par des prêtres isolés issus d'une même fratrie [ n 16 ]. Entre et , son évêque est un certain Théodore qui fit placer, après le passage des soldats, un portrait de saint Étienne au sein d'un temple converti en église copte [ ].

Dans les décennies suivantes, les trois royaumes nubiens se convertissent au christianisme, en l'an pour la Nobatie , en pour la Makurie et vers pour l' Alodie [ ]. Durant les quatre premiers siècles de l'ère chrétienne, les figures maternelles d'Isis, mère d' Horus et de Marie , mère de Jésus ont coexisté.

La Vierge est assise et elle allaite son fils, tandis qu'un personnage montre du doigt une étoile située au-dessus de sa tête. Les premiers croyants chrétiens n'ont donc pas disposé d'une tradition picturale monothéiste. Par conséquent, il est fort possible qu'ils aient puisé dans le répertoire polythéiste. Or, l' iconographie d'Isis montre très souvent la déesse assise sur un trône en train d' allaiter le très jeune Horus. L'emprunt aux cultes isiaques est d'autant plus probable que la culture gréco-romaine n'offre pas d'autre modèle de déesse allaitante [ ].

Malgré la disparition du culte d'Isis en Égypte et en Europe, balayé par la croyance en Jésus-Christ un autre culte oriental , la déesse égyptienne est restée dans la mémoire des lettrés et érudits européens en tant qu'objet de curiosité intellectuelle, artistique et savante.

Entre la fin du Moyen Âge et le déchiffrement des hiéroglyphes en , les érudits n'ont cessé de se pencher sur le phénomène de la présence d'Isis en Europe. De nombreuses théories historiques et étymologiques ont ainsi été élaborées. Tenues pour vraies en leur temps, la plupart de ces réflexions ont depuis été invalidées par les sciences modernes égyptologie, archéologie, philologie, etc. Dans la littérature scolastique avec ses encyclopédies savantes et ses recueils grammaticaux, les allusions aux dieux égyptiens sont nombreuses.

Sa disparition renforça la croyance et c'est ainsi qu'est née la religion des druzes. À partir de , le territoire des Fatimides se réduit jusqu'à ne plus comprendre que l'Égypte. Aux Hammadides , indépendants depuis , s'ajoutent les Zirides qui s'émancipent de la tutelle fatimide en et reconnaissent le Califat abbasside de Bagdad. En représailles, les Fatimides provoquent l'invasion du Maghreb par les Banu Hilal.

En les Fatimides ont vaincu les Turcs et se sont emparés de Jérusalem. Mais dès l'année suivante, les premiers croisés chassaient les Fatimides de Jérusalem. Le vizir Al-Afdhal envoie des émissaires à Godefroy de Bouillon , lui proposant un arrangement si celui-ci quitte la Palestine. Au bout d'un long siège , les croisés parviennent à s'emparer temporairement d'Ascalon, en Neuf ans plus tard, le frère cadet de Godefroy de Bouillon, Baudouin I er roi de Jérusalem , réussit à obtenir un tribut du gouverneur fatimide d'Ascalon.

Mais, en juillet , ce dernier est assassiné, et la population se révolte contre les croisés, qui ont pris contrôle de la ville. Reprise par les Fatimides, Ascalon fut leur dernier bastion en Palestine, repris par les croisés lors d'un second siège , en , au cours duquel le maître de l' ordre du Temple , Bernard de Tramelay , meurt avec tous les templiers sous ses ordres.

À la mort du dernier calife fatimide al-Adîd, le 13 septembre , Saladin annexera le califat à celui de Bagdad, le rendant ainsi au sunnisme. L'arrivée de la dynastie fatimide marque un renouveau culturel important.

Les Fatimides portent un grand intérêt aux livres, aux bibliothèques et à la littérature. Ils installent une grande bibliothèque à l'intérieur même de leur palais, où ils accueillent de nombreux écrivains, historiens, juristes, savants et poètes, qui viennent se documenter, pour rédiger des ouvrages de littérature, d'histoire, de sciences ou des recueils juridiques. Véritables mécènes, ils entretiennent ainsi un grand nombre d'intellectuels, écrivains ou poètes, à qui ils attribuent d'importantes sommes d'argent et de nombreux cadeaux.

Il était réputé pour faire des descriptions très imagées, ainsi que pour son art des louanges, qu'il exprimait dans des hagiographies, pas très fidèles à la réalité. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cet article ne cite pas suffisamment ses sources octobre Califat abbasside Aghlabides Rostémides Idrissides. Période fatimide de l'Égypte. Allah Tawhid Mahomet Livres sacrés de l'islam Autres prophètes.

Espaces de noms Article Discussion. Navigation Accueil Portails thématiques Article au hasard Contact. La dernière modification de cette page a été faite le 17 août à En cas de réutilisation des textes de cette page, voyez comment citer les auteurs et mentionner la licence.

Politique de confidentialité À propos de Wikipédia Avertissements Contact Développeurs Déclaration sur les témoins cookies Version mobile. Le blanc était la couleur dynastique des Fatimides [ 1 ]. Conquête de l' Égypte , déplacement de la capitale vers Le Caire.

Les Fabriques Culturelles et Citoyennes