Imperial Cleaning

Guillotine

Secrets d'Histoire lève aussi le voile sur ses nombreuses conquêtes amoureuses et sur les mystères qui entourent la vie et la mort de Mozart. Puis, apparurent les hymnes parodiques, en réponse aux religieuses qui allèrent en chantant au supplice.

Actualité Télé

Menu de navigation

Victor Hugo s'est longuement expliqué sur l'anonymat de son personnage. Tanawiyaty Le schéma narratif du récit: Le personnage-narrateur menait une vie heureuse avec sa famille, sa fille Marie, sa femme et sa mère jusqu'au jour du crime qui a bouleversé sa vie.

Le récit commence in medias res c'est-à-dire le moment où l'action est déjà engagée. Puisque le plus important est la contestation de la peine de mort, l'auteur fait ellipse de cette situation initiale et passe directement aux faits.

Toutefois il nous est facile de déduire cette situation initiale à travers les flashes back. Analepses, retour en arrière. Le meurtre commis par le narrateur-personnage. Le jugement, l'emprisonnement, la condamnation à la peine de mort, recherche du condamné d'une solution pour préserver sa vie.

Il n'y a pas de dénouement. Le condamné garde l'espoir jusqu'à quelques moments avant l'exécution, mais à ce moment-là les bourreaux préparent l'exécution. C'est une clausule ouverte, aux lecteurs d'imaginer la fin puisque pour l'auteur ce qui compte c'est la dénonciation de l'horrible peine de mort. L'auteur a fait l'ellipse de la situation finale pour amener le lecteur à réfléchir.

Le schéma actanciel du récit Personnages le condamné à mort: Il a très peur et il voudrait être sauvé par la grâce du roi, mais il sait que cela est impossible. Il est jeune, sain et fort, il a une bonne éducation il cite des phrases en latin au concierge qui lui permet de faire la promenade une fois par semaine avec les autres détenus, chap. Il dit que pour lui le temps passe plus vite que pour les autres. Il aime sa fillette Marie et est très préoccupé pour son futur: Sa femme et sa mère: Il est détaché dans ses rencontres avec le condamné.

Elle est très nombreuse. Elle ne veut pas la justice ; elle veut simplement assister à un spectacle: Jour après jour, il note ses angoisses, ses espoirs fous et ses pensées. Il évoque ensuite le départ des forçats au bagne de Toulon chap.

Il nous rapporte la complainte en argot d'une jeune femme à l'infirmerie chapitre Désespéré, il décide alors de s'évader chapitre Le narrateur sera transféré ensuite à la conciergerie chap. Son séjour en prison devient de plus en plus suffocant. Il se demande comment on meurt sous la guillotine. Il reçoit après la visite d'un prêtre qu'il trouve placide et sans compassion devant son état. Elle ne le reconnaitra pas, ce qui l'attriste profondément. Puis vient l'ultime ligne droite avant la mort; son dernier jour de condamné.

Sur son passage de la conciergerie à la place de Grève où se dresse l'échafaud, la foule rit et applaudit: Devant le spectre de la mort, le narrateur tremble et implore la pitié mais il sait déjà que son sort est scellé. Le bourreau accomplit alors sa tâche pour décapiter le condamné.

Le livre est l'histoire d'un homme qui a été condamné a mort et, alors, il se propose d'écrire ce qu'il vit pendant ses dernières semaines de vie. Nous ne savons ni le nom de cet homme ni ce qu'il a fait pour être condamné à mort, mais nous pouvons comprendre et vivre avec cet homme ce que veut dire être condamnés à mort.

Cet homme nous dit tout ce qu'il fait quand il est en prison ; il devient aussi le spectateur de la scène horrible du ferrage des forçats. Puis il pense au moment où il devra aller à la guillottine ; il a peur mais il ne veut pas que les autres le sachent. Il continue à espérer dans la grâce qu'il n'aura jamais. Il nous parle aussi de sa fille et du jour où il a pu la voir et il nous dit qu'il a été content parce qu'il a pu la voir, mais il n'est pas content parce qu'elle ne l'a pas reconnu.

Il nous décrit quelque aspect de son passé: Il cesse d'écrire quand le moment de l'exécution est arrivée: Le livre est séparé en trois parties: Bicêtre, la Conciergerie et la Mairie qui sont elles-mêmes séparées en trois parties: Le livre est découpé en 49 chapitres de longueurs très variables allant d'un paragraphe à plusieurs pages. Victor Hugo rythme ainsi la respiration du lecteur et lui fait partager les états d'âme du condamné, ses éclairs de panique et ses longues souffrances.

On distingue trois lieux de rédaction Bicêtre où le prisonnier évoque son procès, le ferrage des forçats et la chanson en argot. C'est là qu'il apprend qu'il vit sa dernière journée. La Conciergerie qui constitue plus de la moitié du livre. Le condamné y décrit son transfert vers Paris, ses rencontres avec la friauche, l'architecte, le gardien demandeur de numéros de loterie, le prêtre, sa fille.

On partage ses souffrances, son angoisse devant la mort, sa repentance, sa rage et son amertume. Une chambre de l'Hôtel de Ville où sont écrits les deux derniers chapitres, un très long relatant sa préparation et le voyage dans Paris jusqu'à la guillotine, l'autre très court concernant les quelques minutes qui lui sont octroyées avant l'exécution. On remarque aussi plusieurs rétrospectives qui sont souvent des chapitres: Le procès Chapitre IV et V: Tanawiyaty Résumé chapitre par chapitre 1 Résumé du chapitre I: Elle est présentée comme une femme à deux bras qui le secoue, hante ses rêves et le poursuit partout.

Résumé du chapitre II: Récit de la proclamation de la condamnation à mort: Le narrateur relate les événements passés le jour de la proclamation de sa condamnation à mort. Séduit par les lumières, par les couleurs, par les bruits, le narrateur chante la vie à travers ses sensations et ses impressions dans une ambiance totalement contradictoire. Tout redevient noir et triste à ses yeux. Résumé chapitre III Retour au monologue interne: Le narrateur se livre à une réflexion sur le bien-fondé de sa condamnation à mort.

Il estime que les humains sont tous des condamnés à mort. Lorsque le narrateur est arrivé à Bicêtre, les gardes lui ont défendu tout objet tranchant qui pourrait servir à un suicide puis ils lui ont remis une camisole.

De même, il pouvait sortir dans la cour chaque dimanche, ainsi il a côtoyé les autres prisonniers et a appris leur argot. Résumé du chapitre VI Alors le narrateur a décidé de noter son journal de châtiments. Résumé du chapitre IX Le narrateur regrette de laisser derrière lui sa femme, sa mère et surtout sa fille de trois ans sans protection et sans ressources. Il y a aussi un matelas en paille. Résumé du chapitre Le narrateur découvre les noms de quatre criminels célèbres passés par la même cellule.

Les sont écrits à coté du nom de Papavoine, un criminel qui tuait les enfants. Résumé du chapitre 13 Récit des préparatifs au départ des forçats pour Toulon: Ensuite, les argousins étendent ces chaînes dans un coin de la cour.

Au moment où les forçats se préparent pour mettre les vêtements du voyage, une pluie torrentielle commence à tomber. Accablés de froid dans leur nudité, les forçats chantent leurs malheurs. Enfin, on les enchaîne dans des cordons que deux forgerons fixent à leurs pieds et on leur donne à manger.

Mais le bruit de cinq charrettes transportant les forçats le réveille. Conduit par des gendarmes à cheval et des argousins à pieds, le convoi prend départ pour un voyage de vingt cinq jours de souffrances et de misères. Emu par ce spectacle désolant, le narrateur préfère la guillotine à la galère.

Résumé du chapitre 15 Retour au cachot, le narrateur est remis dans son cachot. Mais il est trop tard. Il fut terrifié parce que tout est prison à Bicêtre, tout lui rappelle la mort. Résumé du chapitre 20 Terrifié, le narrateur imagine la prison comme une sorte de monstre à moitié humain, à moitié objet qui le torture, le boire et le tue.

Résumé du chapitre 25 Le narrateur est amené ensuite à une cellule où on lui a donné une table, une chaise et tout pour écrire. Mais on a installé avec lui un gendarme pour empêcher toute tentative du suicide.

Résumé du chapitre 26 Le narrateur a écrit une lettre à sa fille dans laquelle il exprime toute sa douleur et son amertume. Il accuse les hommes de vouloir laisser une enfant de trois ans orphelin. Résumé du chapitre 28 Ayant déjà assisté à une exécution, le narrateur imagine comment sera la sienne. Il croit que les préparatifs ont déjà commencé par le graissage de la rainure.

Résumé du chapitre 29 Dans un moment de délire, le narrateur espère la grâce royale mais en vain Résumé du chapitre Le prêtre qui exerce cette fonction depuis des années se fait renvoyé par le narrateur qui veut rester seul pendant sa réflexion. Le gendarme chargé de surveiller le narrateur a été échangé par un autre, un superstitieux et mordu des loteries.

Il supplie le narrateur de le visiter dans ces rêves, une fois mort, pour lui donner des numéros gagnants. Résumé du chapitre 35 Le narrateur envie les gens ordinaires qui vaquent à leurs taches quotidiennes. Résumé du chapitre 36 Le narrateur se rappelle le jour où il est allé voir la cathédrale Notre-Dame de Paris. Au moment où il est arrivé au sommet de la tour, la cloche a sonné et a fait trembler tout le toit.

Heureusement il a évité une chute mortelle. Le narrateur ressent alors des douleurs physiques atroces. Résumé du chapitre 39 Le narrateur imagine comment il va vivre le moment de son exécution. Il vit ce moment par prévision. Résumé du chapitre 40 Poussé par son instinct de survie , le narrateur pense au roi Charles X en espérant une éventuelle grâce. Il imagine alors ce que sera sa vie après la mort.

Cela pourrait être des abîmes de lumières sans fin ou des gouffres hideux où tout sera noir et où le narrateur tombera sans cesse. Il a fait alors un rêve étrange: Rien ne le rattache à présent à la vie. Il se laisse conduire à la mort docilement. Victor Hugo Titre et date de publication: Le dernier jour d'un condamne , publié en Il nous raconte sa vie en prison ; nous parle de ses sentiments ; peurs et espoir, de sa famille ; sa fille, sa femme et sa mère.

Le livre comporte trois parties: Bicêtre, la Conciergerie et la Mairie. Les grandes prisons de Paris: Le narrateur est le personnage: Le livre se présente comme le journal qu'un condamné à mort écrit durant les vingt-quatre dernières heures de son existence et où il relate ce qu'il a vécu depuis le début de son procès jusqu'au moment de son exécution soit environ six semaines de sa vie.

Le schéma narratif du récit: Le personnage-narrateur menait une vie heureuse avec sa famille, sa fille Marie, sa femme et sa mère jusqu'au jour du crime qui a bouleversé sa vie. Le récit commence in medias res c'est-à-dire le moment où l'action est déjà engagée. Puisque le plus important est la contestation de la.

Toutefois il nous est facile de déduire cette situation initiale à travers les flashes back. Analepses, retour en arrière. Le meurtre commis par le narrateur-personnage. Le jugement, l'emprisonnement, la condamnation à la peine de mort, recherche du condamné d'une solution pour préserver sa vie. Il n'y a pas de dénouement. Le condamné garde l'espoir jusqu'à quelques moments avant l'exécution, mais à ce moment-là les bourreaux préparent l'exécution.

C'est une clausule ouverte, aux lecteurs d'imaginer la fin puisque pour l'auteur ce qui compte c'est la dénonciation de l'horrible peine de mort. L'auteur a fait l'ellipse de la situation finale pour amener le lecteur à réfléchir.

Il a très peur et il voudrait être sauvé par la grâce du roi, mais il sait que cela est impossible. Il est jeune, sain et fort, il a une bonne éducation il cite des phrases en latin au concierge qui lui permet de faire la promenade une fois par semaine avec les autres détenus, chap.

Documentation sur Hemptinne