Imperial Cleaning

Discut aux Rencontres Philosophiques de Langres

Bulletin Officiel du Ministère de l'Education Nationale. Travaux des interlocuteurs académiques pour le numérique I.

BureauONE is a promotional merchandise supplier.

Dans la même collection

Quizz Places Etes-vous un as pour placer les adresses des lieux de votre quartier? Prouvez-le et challengez vos amis! Cette note est calculée sur la base des likes facebook tant qu'aucun avis n'a été laissé sur Beenaps. Aidez-nous à offrir un avis plus intéressant en commentant les lieux dans lesquels vous vous êtes rendus! Ajouter à mes lieux Retirer de mes lieux.

Rencontres philosophiques de Langres Organisation. Il y a T Le texte de la présentation que faite, le 8 janvier , par claudine Tiercelin dans les circonstances que l'on sait, à l'occasion de la journée de lancement, en Sorbonne, de l'Année de la Lumière en France.

Le philosophe Jean-Christophe Bardout récompensé par l'Académie française. Ne manquez pas ce soir Philosophie magazine , partenaire des Rencontres Philosophiques de Langres. Présentation des RPL par Eduscol: Prévues pour constituer un rendez-vous annuel le dernier week-end de septembre, ces Rencontres visent trois grands objectifs:. Le Ministre a souhaité que ces rencontres soient intégrées au sein du plan de formation des enseignants. Elles auront lieu du 4 au 8 octobre Elles auront lieu du 5 au 7 octobre Elles auront lieu du 6 au 9 octobre Rencontres Philosophiques de Langres "Le politique".

Elles auront lieu du 1er au 3 octobre Comment donc penser cette "éclipse"? Pour ce faire, nous proposerons aux participants de réfléchir sur le dialogue philosophique entre Heisenberg et Heidegger ; puis de réfléchir à ce que signifie l'idée d'une réduction de la nature par sa réécriture à un système d'informations.

Corpus support de travail du séminaire "L'éclipse de la nature" pdf Textes proposés par Pierre Dulau et Guillaume Morano, professeurs de philosophie, académie de Strasbourg. Étudier la nature en partant des plantes, ne va pas de soi. La botanique satisfait peu aux procédures de conceptualisation et aux critères épistémologiques de la science moderne. Ce n'est peut-être que récemment qu'une épistémologie entièrement basée sur le modèle de la physique, soulève l'interrogation alors que se développent les biotechnologies dont les plantes sont précisément les cibles principales.

Un premier pas consisterait à reconnaître en quoi accorder une place plus grande à la biologie change notre compréhension de la notion de nature. Il faudra alors, dans un second temps, pousser plus loin et interroger la façon dont s'articulent des savoirs botaniques eux-mêmes pluriels et d'autres formes de savoirs. Il n'est pas, non plus, impossible que la biologie aura d'autant plus à nous apprendre si nous nous y confrontons après un détour historique et anthropologique: Ressources bibliographiques sur le site du séminaire De historia plantarum.

Nous étudierons, à partir de textes, plusieurs aspects de la construction du système de représentations qui a fini par donner corps à l'idée de nature en Grèce ancienne. L'arrangement du monde, préhistoire de la nature d'Homère à Empédocle. L'âge homérique ne connaît qu'un sens pour le terme phusis: Le tout n'y est pas encore un kosmos. L'examen des fragments présocratiques sera confronté aux exposés aristotéliciens. L'enquête sur la nature: Dans le dialogue entre écrits médicaux et philosophiques entre le Ve et le IVe s.

Nous apprécierons aussi la portée du détournement socratique de l'enquête sur la nature au profit d'une préoccupation éthique vouée au soin de l'âme, pour examiner comment Platon réinvestit la phusiologia et renoue autrement le lien rompu entre anthropologie et cosmologie, accomplissant la révolution socratique au sein de la nature elle-même. En présentant la nature comme un art intérieur aux choses, les stoïciens l'érigent en principe de normativité éthique.

Epicure invite à penser une normativité sans finalité: Plotin récuse à la fois les schèmes de la production artisanale, de la rationalité immanente et du hasard organisateur, en présentant la production naturelle comme une contemplation affaiblie. Recueil de textes du séminaire "Le monde et la nature dans l'Antiquité grecque" pdf, 97 p. Textes proposés par Arnaud Macé, professeur en histoire de la philosophie et philosophie des pratiques, université de Franche Comté, et Philippe Soulier, professeur de philosophie, académie de Nantes.

Quelle est la véritable signature de l'être vivant? Quelle est sa place dans la Nature? De l'Antiquité jusqu'à nos jours, cette question n'a cessé de hanter l'histoire de la philosophie des sciences sans trouver de réponse satisfaisante. Certains, nourris des pensées d'Aristote et de Bergson, ont supposé l'existence d'un souffle immatériel ou spirituel qui animerait le vivant.

D'autres, sur les traces de Galilée et de Descartes, ont refusé toute originalité à la vie, et l'ont réduite aux simples lois de la physique et de la chimie, gommant ainsi la différence entre physique et biologie.

Malgré les succès spectaculaires qu'a connus la biologie ces dernières décennies, notamment dans la manipulation du génome, ni le vitalisme ni le mécanisme ne sont parvenus à apporter une solution claire à l'énigme du vivant qui continue de narguer la science du XXIème siècle. Ce travail inédit propose une hypothèse originale et audacieuse dans la grande tradition naturaliste inaugurée par Anaximandre et Héraclite.

La piste chimique est une impasse dans la mesure où le vivant et l'inorganique sont constitués des mêmes éléments, par ailleurs fort communs dans la nature. Ce n'est donc pas en termes de propriétés, mais plutôt de rythmes qu'il faut penser leur différence.

Organisation